Back Vous êtes ici : Education

Parents, premiers éducateurs de leurs enfants

Les AFC ont toujours eu à cœur de répondre au mieux aux besoins des parents, de se mettre au service de la famille, en particulier dans l’éducation.


L’un des axes majeurs des AFC est de soutenir les parents, « premiers éducateurs » de leurs enfants puisqu’ils leur ont donné la vie. Les AFC ont dès l'origine été créées pour défendre la liberté de l’enseignement à travers la sauvegarde des établissements de l’enseignement catholique. Ainsi, l’éducation, objectif essentiel et permanent des AFC, s’enracine dans nos origines pour demeurer au centre de notre action.

Lire la suite

Le test du chamallow

stockvault-chamallowLa tempérance, ou maitrise de soi, est la vertu qui conditionne les 3 autres vertus cardinales, prudence, sagesse et force.

Dans les années 60, à l'université de Stanford, Walter Mischel a inventé le « test du chamallow »* pour évaluer la vertu de tempérance. Il consiste à présenter à un enfant de 4 ans un chamallow et à lui dire « Je reviens dans 15 minutes. Si tu ne l'as pas mangé, je t'en donnerai un second ». 30% des enfants réussissent ce test.

Ils ont été suivis pendant 28 ans par le Pr Mischel. Les résultats sont éloquents : les enfants qui réussissent sont ceux dont l'avenir est le plus heureux : ils gèrent mieux le stress, ont de meilleurs résultats scolaires, plus d'amis, ont moins de problèmes de dépendance et un meilleur métier.

Ces résultats sont indépendants du QI des enfants. Nous pouvons tirer 3 conclusions : l'homme n'est pas réductible à ses pulsions, ou à son environnement, il est éducable ; l'éducation lui permet de prendre un chemin de bonheur ; ce bonheur est lié à la formation du caractère bien plus qu'aux compétences intellectuelles.

Devoir de vacances : vocabulaire et orthographe

Pour bien penser, en se parlant à soi-même, de façon précise et nuancée, il faut disposer d'un vocabulaire étendu, d'abord oral. Pour bien écrire ce que l'on pense, il faut aussi connaître l'orthographe des mots.

Aujourd'hui, la plupart des élèves, et beaucoup d'adultes, font des fautes d'orthographe. C'est admis à l'Université comme à l'école. Cependant, les parents craignent que les employeurs et les entreprises soient moins tolérants.
Ceux qui ont eu la chance d'apprendre à lire et à écrire selon la méthode alphabétique connaissent mieux l'orthographe, car ils ont pris dès le départ l'habitude d'analyser les mots.

Enfants et adolescents : comment développer leur vocabulaire ?

On constate aisément que certains petits enfants aiment les mots : ils répètent ceux qu'ils entendent, même s'ils n'en connaissent pas le sens, ils inventent des mots. Pour eux, il n'y a pas de souci à se faire : il suffit de les nourrir de mots, et pour cela toutes les circonstances de la vie sont bonnes. Il suffit aussi de leur donner à lire de bons livres.

Pour les autres, ce devrait être d'abord la mission de l'Enseignement, qui dispose ou devrait disposer des compétences, des moyens, et des méthodes pour cela.

Quant aux parents, même si, parfois, ils doivent donner des leçons de vocabulaire pour pallier des lacunes de l'école, leur rôle devrait être différent. Quelle que soit l'étendue de leur propre vocabulaire, ils doivent d'abord s'efforcer de montrer de l'intérêt pour les mots, un plaisir à la découverte de mots nouveaux. Ensuite, par petites touches essayer de retenir l'attention de leurs enfants.

Un jeu de société, comme le Scrabble, peut être utile, car toute la famille peut jouer, les parents à égalité. Il n'impose aucune préparation. Il faut toutefois aider les plus faibles pour qu'ils ne se découragent pas.

Son principal inconvénient est que les mots apparaissent en désordre, sans liens facilitant la mémorisation.

Les parents peuvent aussi lancer eux-mêmes des jeux de familles de mots: trouver les plus possible de mots d'un domaine familier (les animaux, les pièces de vaisselle, les couleurs, les fleurs, etc...), des familles de mots découlant d'une même racine, avec ou sans préfixe, suffixe, etc...
Ils peuvent aussi saisir les occasions de faire chercher le mot le plus juste pour exprimer ce que l'enfant ou l'adolescent veut dire.

Quelques conseils.

En cas de doute sur l'existence d'un mot, sur sa signification, ou sur son orthographe exacte, le recours au dictionnaire par l'élève sous le contrôle du parent s'impose ; l'élève y trouve aussi la nature grammaticale du mot (nom masculin ou féminin, adjectif, etc...) et le pluriel lorsqu'il est irrégulier.

Il est exclu de demander à l'élève d'apprendre par cœur des listes de mots courants ; cependant, on peut l'aider à "s'approprier" (faire sien) un mot en lui posant une question qui l'oblige à réfléchir et à prendre position. Par exemple, lui demander s'il aime ou n'aime pas telle chose ou tel mot, et pourquoi.

Le pluriel des mots.

La marque du pluriel fait certes partie de la grammaire, mais c'est aussi du vocabulaire lorsque le pluriel est un mot différent (un bail - des baux).
Tout élève de CP doit savoir que la marque habituelle du pluriel est le "s" (en mettant à part les conjugaisons). Toutes les autres formes du pluriel sont des exceptions, qui ne répondent à aucune logique, et qu'il faut donc connaître par cœur :
- mots en au, eu, eau, pluriel en x sauf ...
- mots en al, pluriel aux, sauf...
- mots en ail qui ont leur pluriel en aux : bail ...
- mots en ou qui ont leur pluriel en oux : bijou...

Les élèves devraient au moins connaître les terminaisons qui comportent des exceptions pour penser à vérifier s'ils ont un doute, ou mieux connaître les listes d'exceptions.

Les parents peuvent vérifier le savoir de leurs enfants et leur rappeler les règles, ceci assez fréquemment. Pour les élèves du primaire, il peut être utile de dicter de courtes phrases comprenant des mots de même terminaison au singulier avec et sans exception au pluriel.

Devoir de vacances : la triangulation

C'est la technique utilisée par les géomètres, avant les satellites et le GPS, pour connaître la position exacte de points remarquables (points géodésiques) et aussi dresser des cartes.

Le principe est simple : connaissant la position exacte de deux points remarquables, par exemple des clochers d'église, on connaît aussi leur distance. On a ainsi une base qui est un segment de droite.

triangulation1

En A on vise successivement les points en B et C et l'on mesure ainsi l'angle a. De même en B. On peut alors déterminer le point C  par exemple sur une carte en dessinant le triangle. Ce triangle fournit 2 nouvelles bases AC et BC à partir desquelles on peut construire d'autres triangles, et ainsi de suite sur des centaines de kilomètres.


Jeux  d'été

On peut, avec évidemment une certaine approximation, procéder de même sur une zone à peu près horizontale. Pour prendre les visées et mesurer les angles, il faut un peu d'imagination et de bricolage. On peut ensuite reporter le triangle, à une échelle convenable, sur une feuille de papier ou sur le sol.

Après cet entraînement, on peut passer à des distances plus grandes. Le triangle sera reporté sur une carte IGN au 1:25 000

Déterminer la hauteur d'un grand arbre

On mesure la distance horizontale, on suppose l'arbre vertical ; on travaille ainsi sur le triangle approximativement rectangle. Connaissant l'angle, on trouvera la hauteur de l'arbre, graphiquement sur un dessin à l'échelle.

triangulation2

Idée de bricolage : Planter un piquet d'environ 1m de hauteur. Sur ce piquet, fixer une plaque verticale d'environ 25 cm de côté, orientée vers le tronc de l'arbre. Sur cette plaque, fixer une baguette droite pivotant dans le sens vertical.

Placer la baguette horizontalement avec un niveau à bulle (ou similaire). Tracer l'horizontale sur la plaque. Viser le tronc à l'œil nu à l'horizontale ; une seconde personne marquera sur le tronc le niveau de l'horizontale (point H). Noter la distance entre le sol et le point H.

Du point A, viser le haut de l'arbre C. Tracer sur la plaque le début de la ligne AC. Mesurer l'angle a  noter l'angle a à l'aide d'un rapporteur.
Tracer sur une feuille le triangle rectangle AHC, par exemple à l'échelle  1/50ème (soit 2 centimètres par mètre).  Mesurer la distance HC.

La hauteur de l'arbre est égale à cette distance HC, augmentée de la distance entre H et le sol.

Devoir de vacances : le vocabulaire géographique

Les départements français vont-ils disparaître, après plus de 2 siècles d'existence ? Pourtant, les noms des départements sont riches en informations géographiques, voici un exercice qui, à défaut de l'école, peut se faire en famille, et pendant les vacances.

Matériel :

– un bon Atlas
– des cartes à imprimer gratuitement sur d-map.com : carte muette des départements, carte muette des principaux cours d'eau
– liste des départements métropolitains, dans l'ordre alphabétique, des départements et territoires d'outre-mer.

Chaque jour on peut travailler sur quelques départements.

Exemple : les départements ayant dans leur dénomination le nom d'un fleuve. Les trouver dans la liste, par fleuve, par exemple le Rhône.
Mettre sur la carte muette le nom des départements du Rhône et des Bouches-du-Rhône, ainsi que Lyon et Marseille. Puis tracer en bleu le cours du Rhône.

Continuer avec les rivières, dans l'ordre alphabétique.
Au total, environ 60 départements.

Sur la même carte ou sur une autre, porter le nom des montagnes figurant dans la liste des départements à leur emplacement approximatif : Alpes, Pyrénées, Ardennes, Jura, Vosges, Cantal, Lozère, Puy de Dôme, soit une douzaine de départements.

Enfin les autres, puis l'outre-mer.
Toujours donner le nom des chefs-lieux ou préfectures.

Selon les goûts personnels, cet exercice se prête à divers compléments d'information, par exemple sur la population, les principales productions agricoles et industrielles, les monuments, autoroutes, TGV, et même les souvenirs familiaux.

Actualité La Croix