Back Vous êtes ici : Société Questions de société Conjugalité/Couple La famille, lieu où l’on voit vivre le don de Dieu qui est l’Amour

La famille, lieu où l’on voit vivre le don de Dieu qui est l’Amour

L'Amour humain vient d'ailleurs ; il est reflet de l'Amour de Dieu
Un couple ne se réduit pas à deux consommateurs, deux travailleurs, deux « reproducteurs ». Le mari et la femme sont images de Dieu. Ils viennent de Dieu et ils retournent à Dieu. Ils sont donnés l'un à l'autre par Dieu. Ils sont dépassés par cet Amour qui vient d'ailleurs.


Si l'on ne voit dans le mariage qu'une sorte de contrat renouvelable par tacite reconduction, on peut comprendre qu'un jour ou l'autre certains y mettent fin. Pour qui se dit chrétien, la pierre de fondation d'une famille est l'amour que se portent les parents.et qui est don de Dieu.

L'Amour humain est un don à faire fructifier
C'est un don, un talent que Dieu a donné aux époux, futurs parents. Ce talent est à faire fructifier ; il n'est pas que la réalisation de leurs désirs, même s'il doit être géré comme son bien propre (cf la parabole des talents).
C'est un don, et qui parle de don, demande de dire merci. La prière est essentielle : prière du couple. « Merci Seigneur de nous avoir donné d'être l'un à l'autre, de nous donner l'un à l'autre ! » La famille est là. Ce n'est pas l'enfant qui fait la famille, mais bien le « oui » donné le jour du mariage, par les futurs parents, et reconduit par des gestes témoignant concrètement que ces deux êtres s'aiment.
Lorsque l'enfant paraît, savoir rendre grâce pour ce don qu'il fait. En effet un enfant est toujours un cadeau, un don, jamais un droit, contrairement à ce que l'opinion pense aisément, mais de manière erronée.

L'amour réciproque du père et de la mère, pierre de fondation de toute famille.
Le point fixe, la pierre de fondation de toute famille, c'est l'amour du père pour la mère et de la mère pour le père. Cet amour conjugal doit être premier et contagieux auprès des enfants : il est don de Dieu ! Il est signe de Dieu et cela est trop souvent oublié hélas.
Ne croyons pas qu'une famille chrétienne ne connaisse pas des soubresauts, des tempêtes. Une famille qui ne connaîtrait pas ce genre de difficultés serait, non pas une famille sans histoire, mais une famille où il ne se passe rien. La famille doit être le lieu du pardon, du « par-don ». Les enfants doivent apprendre à demander pardon en voyant les parents leur demander pardon s'il le faut, en voyant les parents eux-mêmes se demander pardon... Le pardon est une des grandes réalités du mariage à vivre entre époux et également avec les enfants. Savoir demander pardon à son enfant pour tel ou tel excès, maladresse ou injustice n'est pas perte d'autorité.
Pour être des parents éducateurs et invitants à vivre le don, le respect, l'appel à servir, il convient de vivre une « cohérence sacramentelle » : prière, Eucharistie, sacrement de réconciliation.
« Famille deviens ce que tu es » disait Jean Paul II, le « Pape de la famille », comme disait le Cardinal Marc Ouellet,, primat du Canada, au congrès de Mexico. « Deviens ce que tu es » c'est-à-dire une cellule d'Eglise, un sanctuaire de l'Amour, une école d'Evangile et de valeurs humaines. « Fais de ta maison une Eglise » répétait à ses fidèles Saint Jean Chrysostome.
Cellule d'Eglise, « Ecclesiola », la famille ne l'est pas au sens liturgique d'abord, même si l'on prie ensemble ; elle est bien plus « ecclesiola » au sens de « kalein » c'est-à-dire appelante, ouverte aux autres : soucieuse des problèmes des autres, attentive aux joies des autres
Avoir le souci de chacun, le respect de chacun ; être prêt à donner pour celui qu'on aime. Avoir de la prévenance pour tout homme ne peut naître que dans le cœur de celui qui a compris que tout ce qu'il est lui a été donné....

Mgr Bernard Mollat du Jourdin

Actualité La Croix