Recevez nos communiqués

Abonnez-vous à nos communiqués de presse (1 à 4 envois par mois) :
Back Vous êtes ici : Nous connaître Agir Communiqués de presse

Communiqués 2017

  • Contre le harcèlement, développer l'éducation affective et sexuelle

    Fotolia harcelementComuniqué de presse

    Depuis plusieurs semaines, à la suite du scandale de la révélation des agressions sexuelles commises par un producteur américain, des campagnes de dénonciation se sont succédées sur les réseaux sociaux. Cela témoigne du comportement inadmissible de certains hommes et de l’impunité dont ils ont pu bénéficier. La libération de la parole ne peut cependant pas se confondre avec la dénonciation nominative publique.

    Pour les Associations Familiales Catholiques, l’indignation ni même l’évolution législative ne suffisent devant la banalisation de ce type de comportements prédateurs fortement encouragés par l’intense diffusion de la pornographie qui occupe aujourd’hui un tiers du continent numérique *.

    Aussi, les AFC appellent les pouvoirs publics à une prise de conscience pour :

    1) développer une véritable éducation affective, relationnelle et sexuelle qui ne soit pas simplement technique et médicale mais qui invite à un égal respect de l’homme et de la femme, à une meilleure connaissance mutuelle, au respect de leurs différences et du corps de l’autre qui n’est pas un objet

    2) lutter de manière efficace contre la pornographie en développant des dispositifs qui en réduisent l’accès sur internet, en particulier à destination des mineurs

    3) et dans ce but, éclairer les parents et les éducateurs sur la gravité du problème, sur leur responsabilité et les encourager à brider les accès en direction des sites pornographiques des écrans auxquels les enfants peuvent avoir accès

    Ces mesures de moyen terme sont seules susceptibles de faire évoluer en profondeur l’hypersexualisation de notre société occidentale qui touche aujourd’hui les limites de sa volonté de « jouir sans entrave ».

    Les AFC ont développé depuis 3 ans des webséries ** d’éducation affective et sexuelle pour les jeunes de 7 à 20 ans. Elles sont disponibles pour contribuer par leur expertise à toute réflexion initiée sur ce sujet.

    * Article sur le site de numerama.com
    ** Pour une véritable éducation affective, relationnelle et sexuelle : http://www.afc-france.org/webserie/s/manon-alex-3

  • Manon, Alex et les autres - Le cours de la vie 3

    WS3 Photo1Communiqué de presse

    Une nouvelle web-série des AFC sur l’amour et la sexualité pour les jeunes de 16 à 20 ans

    A la suite des deux premières web-séries, « Lucas et Léa » pour les parents et leurs enfants de 7 à 11 ans, puis « Hugo et Lucie » destinée aux collégiens, les AFC, en partenariat avec le Cler Amour et famille, TeenSTAR et les Scouts Unitaires de France lancent une troisième saison pour parler d'amour et de sexualité aux jeunes de 16 à 20 ans.

    A travers 7 vidéos, cette web série s’adresse aux jeunes confrontés à des interrogations durant cette période particulière au cours de laquelle ils doutent de pouvoir rencontrer un jour celui ou celle qui pourrait combler leur désir d’aimer et d’être aimé.

    Elle sera aussi utile aux parents et aux éducateurs pour comprendre et dialoguer avec les jeunes.

    Manon, Alex et leur bande, étudiants, sont amoureux, vivent des échecs, attendent, se sentent seuls, désirent, espèrent...

    De nombreuses questions se posent alors dans cette période qui précède « la » rencontre : Que faire des échecs que j’ai vécus ? Comment apprivoiser le sentiment aigu de solitude et comprendre quel est son sens positif ? Comment creuser en moi l’intériorité pour être apte à faire une vraie rencontre ? Comment rester attentif à toutes les rencontres sans m’enfermer trop vite dans une relation à deux ? Que faire de la sexualité ? Est-ce : « Tu me consommes, je te consomme » ou a-t-elle un sens ? Que faire de tous ces désirs qui m’agitent et comment les ordonner pour être heureux ?

    Ce sont toutes ces thématiques que la web-série Manon, Alex et les autres tente d’éclairer pour susciter la réflexion et la discussion.

    Conçue par des éducateurs à la vie, des conseillères conjugales et familiales, un médecin, cette web-série veut offrir des repères positifs aux jeunes pour les accompagner dans leur construction affective et relationnelle.

    Voir la web-série

  • Lévothyrox : restaurer la confiance !

    L’ancienne formule du Lévothyrox est depuis hier disponible en pharmacie, en quantité très limitée. Ce retour fait suite aux plaintes de près de 10 000 patients recensés souffrant d’effets secondaires indésirables de la nouvelle formule mise en vente depuis 6 mois.

    Ce sont en réalité 3 millions de personnes qui souffrent aujourd’hui en France d’un dysfonctionnement de la thyroïde et qui sont donc, elles et leurs familles, préoccupées par les incertitudes liées à leur traitement.

    Regroupant près de 30 000 familles, disposant d’un agrément d’Etat pour représenter les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, et membre fondateur de l’UNNASS (France Assos Santé), les AFC sont pleinement conscientes des enjeux liés à la situation.

    Elles se montrent en conséquence très attentives à la qualité du suivi qui leur est proposé, à la précision de l’information délivrée, et au climat de confiance indispensable qui doit être rétabli entre les différents acteurs du système de santé, les patients et leurs proches.

    Aussi les AFC insistent-elles, avec France Assos Santé, sur la nécessité pour « les agences et institutions concernées de se doter de moyens modernes afin de mieux communiquer auprès des professionnels de santé et des patients » et à « s’engager sur la voie de la co-construction, avec les associations de patients, pour ce qui concerne aussi bien l’anticipation des risques que la communication et l’information, afin d’éviter de voir se répéter les crises sanitaires » (Communiqué de presse de France Assos Santé).

  • Éducation : donner confiance aux parents

    maman joue enfantCommuniqué de presse

    Depuis plus de 25 ans, les Chantiers-Éducation, créés au sein des AFC, soutiennent les parents dans leur mission de premiers et de principaux éducateurs de leurs enfants.

    Ouverts à tous, les « Chantiers » sont un temps d’écoute, d’échange et de partage sur les questions éducatives.

    En équipe de 6 à 10, les parents se rencontrent une fois par mois pendant l'année scolaire. Les sujets sont variés : les rivalités frères-sœurs, l’articulation vie familiale-vie professionnelle, les écrans, les peurs de nos enfants, la confiance en soi, l’autonomie... Les participants y enrichissent leurs expériences quotidiennes d’éducation et développent leurs compétences à rechercher le Bien pour chaque enfant.

    Aujourd’hui, plus de 600 Chantiers-Éducation font leur rentrée en France et à l’étranger. Des Chantiers-Education spécifiques se développent autour du handicap, de la précocité, ou en partenariat avec d’autres associations ou des mairies. Des Chantiers de grands-parents se multiplient.

    Rejoindre un Chantier-Education est pour les parents un tremplin pour élargir ses manières d’être et de faire pour éduquer ses enfants.

  • Politique familiale : des paroles et peu d'actes !

    gouvernement ephilippeCommuniqué de presse

    Les AFC ont écouté attentivement le discours de politique générale du Premier Ministre à l'Assemblée Nationale hier.

    Elles se réjouissent que le Gouvernement affirme sa considération pour la place de la famille dans la société en déclarant que les familles ne doivent pas être considérées comme de "simples variables d'ajustement fiscal" ou encore que "la baisse de la natalité de son côté, réelle depuis deux ans, doit nous alerter".

    Pourtant, simultanément, elles constatent le peu de mesures concrètes destinées à conforter son rôle alors mêmes que les familles- et en particulier les familles nombreuses - ont été sévèrement matraquées pendant 4 ans par une fiscalité idéologique : baisses du plafond du quotient familial, mise sous conditions de ressources des allocations familiales… !

    Les mesures améliorant le congé maternité et les solutions de garde d'enfant que proposera la Ministre des solidarités et de la santé vont dans le bon sens.
    Elles demeurent néanmoins très insuffisantes pour redonner confiance aux familles et stabiliser leur environnement économique.
    Insuffisantes pour rapprocher le taux de natalité du nombre d'enfants souhaité (2,4). Insuffisantes pour traduire au plan politique que "les familles sont de plus en plus diverses, mais leur rôle reste central", et qu'il faut "aussi reconnaître et soutenir les solidarités familiales affectives et financières".

    Les AFC rappellent qu'un enfant, pendant plus de vingt ans, est intégralement à la charge de sa famille qui le loge, le nourrit, l'éduque, l'instruit… Or c'est précisément cet enfant qui assurera la société de demain.

    Ce Gouvernement veut rajeunir les cadres, mieux accompagner les entrepreneurs et redonner confiance à la société.

    Qu'il encourage réellement la famille, premier lieu où ces ambitions devront prendre corps !

  • Extension de la PMA

    PMA femmes seulesCommuniqué de presse :
    Extension de la PMA : le Comité d’Éthique partagé

    Le Comité Consultatif National d’Éthique (CCNE) a rendu aujourd’hui un avis consultatif majoritairement favorable à l’ouverture de la Procréation Médicalement Assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes.

    Cet avis attendu depuis 2013 et toujours reporté jusqu’ici, compte tenu de la gravité des enjeux, n’a pas fait l’unanimité au sein même du Comité d’Éthique. Plusieurs sages ont émis une opinion divergente.

    En 2011, le Législateur avait considéré la PMA comme une réponse possible à l’infertilité médicale, par définition non choisie et non voulue.

    Les AFC estiment dangereux de modifier cet équilibre, pour répondre aux pressions de lobbies qui militent pour un « droit à l’enfant ».Des techniques médicales destinées à soigner des pathologies se trouveraient ainsi utilisées pour créer artificiellement une fertilité de convenance.

    Les AFC ne peuvent pas non plus admettre les conséquences d’une éventuelle généralisation de la PMA. Celle-ci déboucherait inévitablement sur l’autorisation de la GPA, négation de la dignité de la femme, de la maternité et du droit des enfants à connaître leur père et leur mère.

    Ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, c’est délibérément priver de père un enfant, alors même que de plus en plus de professionnels de l’enfance (pédopsychiatres, services d’adoption...) soulignent l’importance de la place du père et de l’accès aux origines dans la construction de l’enfant.

    Les AFC attendent du Président de la République qu’il ne rouvre pas des débats de société qui ont contribué à la division du pays, à l’heure où toutes les énergies doivent être mobilisées vers la réconciliation, l’amélioration du sort des plus défavorisés et le bien commun.

     

  • Législatives : un enjeu inédit !

    Communiqué de presse

    Monsieur Emmanuel Macron a été élu dimanche dernier président de la République.

    Le programme du nouveau président dans les domaines de la politique familiale, de l’éducation, du droit de la famille, de la bioéthique… apparait trop souvent ambigu ou dans la continuité du quinquennat qui s’achève.

    Les AFC seront en conséquence particulièrement vigilantes sur ces domaines qui concernent au premier chef les familles. Elles solliciteront en ce sens les candidats aux prochaines élections législatives pour les sensibiliser sur les enjeux de tous ces thèmes pour la société française.  

    Plus que jamais les AFC se mobiliseront pour porter la voix des familles auprès des candidats et des élus !

    Fortes de la densité de leurs 300 associations locales en Métropole, Outre-Mer et à l’étranger, les AFC vont s’investir résolument pour établir une relation de proximité avec les candidats et leur dire avec conviction que quand la famille va bien, la France va mieux ! 

  • Election présidentielle : notre seul parti, c’est la famille !

    Communiqué de presse

    Dans cette campagne présidentielle de longue haleine, les AFC ont fait entendre avec conviction aux candidats les aspirations et les préoccupations des familles. En retour, les candidats ont dit et précisé aux AFC la place qu’ils donnaient à la famille dans leur projet politique.

    Les deux projets soumis dimanche au choix des électeurs révèlent des conceptions très différentes de la société et de la place qu’y tiennent l’homme et la famille. Ils sont à apprécier dans leur ensemble et dans leur cohérence, à la lumière de critères forts de discernement comme la promotion de la famille, le respect de la vie, la liberté d’éducation, la lutte contre les formes modernes d’esclavage (drogue, prostitution,…), la liberté religieuse, le développement d’une économie prospère au service de la personne et du bien commun ou encore la recherche de la paix.

    Parce qu’elles croient résolument à l’intelligence et la responsabilité des électeurs, les AFC ont œuvré sans relâche pour permettre à chacun d’avoir la plus grande conscience possible de son choix dimanche prochain. C’est pour cette raison que les AFC ne donnent pas de consigne de vote ; elles ne l’ont d’ailleurs jamais fait car elles représentent les familles auprès de toutes les sensibilités politiques. Cette ambition est plus exigeante et plus féconde qu’un appel partisan, en particulier dans le climat violent de cette fin de campagne.

    Notre seul parti, c’est la famille !

    Indécis face à ce choix inédit, de nombreux électeurs sont tentés par l'abstention ou le vote blanc. Si l'abstention traduit habituellement un désengagement de la vie publique et un manquement à son devoir citoyen, le vote blanc, même s'il n'est pas comptabilisé aujourd'hui dans les suffrages exprimés, peut signifier clairement l'impossibilité d'adhérer à l'un ou l'autre programme.

    Mais surtout, dès lundi prochain, s’annoncent 577 nouveaux enjeux. Dans un paysage politique en pleine recomposition et dans la perspective d’une majorité parlementaire difficile à cerner, la seule certitude aujourd’hui est que l’enjeu des élections législatives est d’autant plus important qu’inédit. Fortes de la densité de leurs 300 associations locales en Métropole, Outre-Mer et à l’étranger, les AFC plus que jamais vont s’investir résolument dans ces débats pour dire avec conviction que quand la famille va bien, la France va mieux !

  • 2ème tour : les AFC souhaitent en savoir plus !

    Marine Le Pen vs Emmanuel MacronCommuniqué de presse

    Emmanuel Macron et Marine Le Pen arrivent en tête au premier tour de l’élection présidentielle et sont donc les deux finalistes qui se présentent aux suffrages des Français le dimanche 7 mai.


    M. Macron et Mme Le Pen font partie des rares candidats à n’avoir jamais répondu aux sollicitations des AFC qui les ont questionnés à plusieurs reprises sur leurs programmes au cours de la campagne.

    Les AFC regrettent que la place de la famille, cellule vitale de la société, et l’importance de la politique familiale, qui a des impacts considérables notamment sur la croissance et l’équilibre des comptes sociaux, aient été si peu évoquées dans cette campagne.
     
    Avant ce deuxième tour, une nouvelle fois et avec insistance, les AFC  invitent les candidats à préciser ou confirmer leurs projets. Elles seront très attentives aux déclarations qui éclaireront le vote des familles, le 7 mai, sur les sujets qui leur tiennent à cœur : la politique familiale, mais aussi l’éducation, la bioéthique et le droit de la famille.


    Visitez notre espace élection

  • AG des AFC : toujours au plus près des familles!

    Communiqué de presse

    La Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC), membre de l’UNAF et mouvement reconnu d'utilité publique, a tenu son Assemblée Générale annuelle à Paris le samedi 25 mars dernier.

    Près de 200 représentants des AFC de Métropole et d'Outremer s’y sont rassemblés, témoins du dynamisme et de l’engagement fort des AFC. Notamment, cette journée a été l’occasion de prendre conscience de l’inlassable action des AFC enracinée dans la réalité de terrain, au plus proches des familles, de leurs besoins et de leur problématiques.

    JMA AG2017 2A cette occasion, ils ont renouvelé le Conseil d’administration de la Confédération nationale, qui a confirmé Jean-Marie ANDRÈS dans ses fonctions de Président.

    Pascale MORINIÈRE et Paul de GUIGNÉ ont été reconduits également dans leurs fonctions respectives de vice-présidente et de secrétaire général.

    La table-ronde « Peut-on concilier travail et famille ? » a également marqué la journée et enrichi la réflexion sur un thème crucial pour les familles et qui constitue un chantier de travail et de réflexion fort pour les AFC, en présence de :

    • Olivier Faura, président du groupe TPNG – Patriarca,
    • Michel Rollier, président du Conseil de surveillance de Michelin,
    • Claire Simon, directrice des Ressources Humaines, d’un groupe industriel,
    • Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC.

    Débats animés par Thierry Aumonier.

  • Assemblée Générale des AFC | 25 mars 2017 : peut-on concilier travail et famille ?

    AG 2017 Table RondeLa Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC), membre de l’UNAF et mouvement reconnu d'utilité publique, tiendra son Assemblée Générale annuelle à Paris le samedi 25 mars 2017.

    Près de 200 représentants des AFC de Métropole et d'Outremer se rassembleront pour dresser le bilan d’une année 2016 dense et active.
    L’occasion aussi pour les centaines de présidents et responsables de proximité de rencontrer et d’échanger avec les responsables nationaux.

    L’objectif principal est fixé : porter avec enthousiasme et conviction la voix des familles dans la préparation des échéances électorales locales et nationale des prochains mois, à la lumière de l’Enseignement Social de l’Église catholique.

    Cette journée permettra aussi de mutualiser les expériences, de poursuivre des travaux de fond, de faire un bilan, de dessiner des perspectives, de se former à travers des ateliers, autant que de mettre en lumière la fécondité pour leur famille, leur entourage mais aussi la société française, du travail de terrain accompli par les bénévoles.

    Une table-ronde consacrée à la conciliation vie familiale / vie professionnelle viendra enrichir les r&eacutfe;flexions et les échanges, sur une question aujourd’hui cruciale pour les familles.
    Olivier Faura, président du groupe TPNG – Patriarca,
    Michel Rollier, président du Conseil de surveillance de Michelin,
    Claire Simon, directrice des Ressources Humaines, d’un groupe industriel et
    Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC, nous présenteront à cette occasion leur réflexion sur le sujet « Peut-on concilier travail et famille ? ».

  • Familles, engageons-nous !

    AFC Campagne de dveloppement 2017Communiqué AFC

    Au cours du mois de mars, les AFC vont au-devant des familles, là où elles se trouvent, pour leur proposer d’adhérer auprès de leur association familiale catholique la plus proche (300 AFC en France). Pourquoi ?

    « La participation à la vie politique est une obligation morale » affirme le pape François, rejoint dans cette approche par beaucoup d’autres… Or, l’adhésion à un mouvement qui promeut la famille au sein de la société civile est déjà en soi un véritable acte politique !

    Cette campagne veut également rappeler le rôle des AFC dans l’amélioration concrète des conditions matérielles et morales des familles. Celles-ci sont le creuset de l’épanouissement de toute personne humaine. Quand la famille va bien, c’est toute la société qui se porte mieux. Cela est avéré dans tous les domaines de la vie sociale.

    Les AFC proposent, par exemple, des Chantiers-Éducation, parcours de formation ouvert à tous et attendu par de très nombreux parents. Adhérer aux AFC, c’est aussi bénéficier d’antennes consommationlocales qui œuvrent à la résolution des litiges rencontrés par les familles.

    Enfin cette campagne nationale veut redire aux familles qu’elles ne sont pas isolées dans leurs questionnements, leurs aspirations, leurs difficultés. Partout en France, des familles (30 000 aux AFC) s’unissent pour s’entraider et porter leurs convictions et leurs besoins que la sphère médiatique et politique a dans sa grande majorité délaissés.

    En adhérant aux AFC, les familles se soutiennent et – c’est une réalité encore méconnue – jouissent d’un plus grand poids et d’une crédibilité renforcée au sein des institutions familiales.

    Familles, engageons-nous ! Rejoignons les AFC !
    Contacter mon AFC locale en cliquant ici !

    A propos des AFC


    Une Confédération membre de l’UNAF, le « Parlement des familles », mouvement national reconnu d’utilité publique, ayant une représentation grâce au suffrage familial dans les UDAF
    Un réseau de près de 400 associations locales et fédérations départementales
    Une représentation auprès des pouvoirs publics (entretiens avec les ministres et les élus locaux et nationaux...), dans de nombreuses instances (CESE, Haut Conseil de la Famille..) et aussi auprès des CAF
    Une force de proposition permanente auprès des acteurs économiques, sociaux et politiques, pour que le choix de la famille et l’accueil de l’enfant soient facilités
    Une aide aux familles dans leur quotidien en discernant localement leurs besoins : Chantiers-Éducation, services d’entraide, association de consommateurs
    Des publications, conférences... pour former et sensibiliser

  • LE FLÉAU DE LA PORNOGRAPHIE !

    dossier LVA 167Communiqué AFC

    Très récemment, Madame Laurence Rossignol, Ministre des familles, de l'Enfance et des Droits des Femmes a dénoncé la pornographie comme une "violence faite aux femmes" et a qualifié "l'accès facile à la pornographie" de "violence faite aux enfants".

    Rappelons qu'un enfant a en moyenne 11 ans lorsqu'il est exposé pour la première fois à du contenu pornographique en ligne, selon l'association Ennocence. Cela concerne les adolescents garçons et filles puisqu'une enquête pour Le Parisien du 17/10/2013 montrait que 70 % des jeunes hommes de 15 à 20 ans surfent sur le porno et 35 % des jeunes filles. A 15 ans, 55 % des jeunes ont déjà vu un film classé X, d'après l'IFOP (Enquête du 17/10/2014, "Génération Youporn, mythe ou réalité ?").

    Madame Rossignol concluait son propos en soulignant la nécessité de "lutter contre l'industrie pornographique" et "lutter contre l'accès des mineurs et des jeunes à l'image pornographique" la qualifiant "d'avilissante, pour l'amour, pour l'égalité femmes-hommes et pour la représentation que l'on a de la sexualité".

    Les AFC partagent ce constat très alarmant et notent que la large diffusion des smartphones a entrainé en quelques années une très forte augmentation de l'exposition des enfants et des jeunes adolescents à la pornographie sur internet.

    Les enfants y découvrent, alors même qu'ils ne sont pas concernés, une sexualité violente, dégradante pour la femme et pour l'homme et imposant un diktat de performance dans les relations sexuelles. Cette première exposition les blesse en imprimant en eux des images normatives, irréelles et brutales qui violent leur imaginaire et réduisent la personne à un objet de consommation.

    Les AFC appellent depuis de nombreuses années à une prise en compte de ce fléau qui contribue à fragiliser les jeunes, mais aussi les adultes. Combien de couples éclatent-ils suite à la porno-dépendance de l'un des conjoints, avec tous les ravages que cela peut faire ensuite au sein d'une famille ?

    Elles appellent les pouvoirs publics à s'armer de courage politique pour lutter contre l'accès à la pornographie en ligne, en particulier celui des mineurs, comme ils combattent toutes les addictions : contrôles parentaux, responsabilisation des fournisseurs d'accès, campagnes de prévention… Selon de nombreux spécialistes, des mesures sont déjà prévues par la loi (article 227-24 du Code Pénal, par exemple) mais demeurent non-appliquées, comme la communication d'un numéro de carte bleue avant toute connexion.

    Elles demandent aussi l’application de la loi de 2003 pour une véritable éducation affective, relationnelle et sexuelle dans le cadre scolaire.

    Elles invitent enfin tous les parents à accompagner leurs enfants sur cette question de l’éducation à l’amour avec respect et délicatesse, en dialoguant régulièrement avec eux.

  • Délit d’entrave à l’IVG : l’idéologie à marche forcée !

    Communiqué de presse :

    stockvault femme enceinteAu terme d’une procédure hâtive, l’Assemblée nationale a adopté aujourd’hui la proposition de loi soutenue par le Gouvernement relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse.

    Le texte crée un véritable délit d’opinion d’autant plus dangereux que sa formulation est floue et extensible :
    […] notamment par la diffusion ou la transmission d’allégations ou d’indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques et les conséquences médicales d’une IVG.

    Le témoignage, douloureux, d’une femme ayant avorté sur un site internet, sera-t-il demain délictueux ?

    L’affirmation, dans une réunion publique, selon laquelle un avortement est « l’arrêt d’un processus de vie », qui ne souffre pourtant aucune contestation sérieuse, sera-t-elle considérée comme l’a laissé entendre, à l’Assemblée nationale, la Ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, « un discours culpabilisant et dissuasif » et, partant, délictueux ?

    Le rappel des termes exprès de l’article 16 du Code civil selon lequel « la loi […] garantit le respect de l’être humain dès le commencement de la vie » sera-t-il, demain, sanctionné ?

    Et pourra-t-on, demain, librement citer Simone Veil, elle-même, disant que « l’avortement […] reste un échec quand il n’est pas un drame » ou qu’il s’agit d’un acte « qu’il convient d’éviter à tout prix » sans crainte d’être dénoncé par la police de la pensée et poursuivi ?

    Ce n’est ni en niant les faits, ni en les maquillant derrière des acronymes ou un discours idéologique, ni en bâillonnant la liberté d’expression que l’on diminuera le nombre, très élevé, d’avortements en France (200 000 par an) et que l’on portera soutien et assistance aux femmes.

    Souvenons-nous qu’il fut un temps où exista un délit de provocation à l’IVG (institué par la loi Veil et supprimé en 2001) et qu’il existe, désormais, un délit, vaste et flou, de dissuasion à l’IVG… L’inversion est donc totale.

    C’est un jour sombre pour le droit à la vie, c’est un jour noir pour la liberté d’expression, indice de l’état de santé d’une société pluraliste et démocratique.

    Dans un contexte électoral aux enjeux forts, les AFC appellent avec insistance au courage politique et à une prise en compte de l'avortement comme un problème de santé publique à part entière, et demandent à ce qu'à partir d'études sur les facteurs de risque, soient mises en place des politiques de prévention efficaces.

  • Gleeden : il est licite de s’affranchir de la loi !

    Fotolia 76392130 XS

  • Le taux de fécondité : indice de la santé de la France

  • Osons la confiance ! Assises Nationales des Chantiers-Éducation

    Communiqué de presse

    LeFotolia conferences 26 et 27 janvier prochains se tiendra à Montmartre l’évènement annuel des Assises Nationales des Chantiers-Éducation. Elles réuniront les Référentes et les Déléguées des plus de 630 « Chantiers », dont 17 à l’étranger, sur le thème « Osons la confiance ».

    Cet évènement annuel est essentiel pour la vie des Chantiers-Éducation. En effet, la formation est une des clés des « Chantiers », de leur fonctionnement et de leur réussite. Cette rencontre a pour objectifs d’offrir un temps de ressourcement et de partage sur la mission spécifique de Référente et de Déléguée, de se former et de travailler sur les différents points importants des Chantiers-Éducation : la confidentialité, le thème d’année, la recherche documentaire.

    Au cours de ces 2 jours, divers intervenants et ateliers se succèderont pour enrichir les réflexions, notamment :

    • le Père Goeffroy de Marsac, prêtre de l’Emmanuel, curé de la paroisse Saint-Marc des Bruyères à Asnières-sur-Seine
    • Jean-Marie Andrès, président de la CNAFC
    • atelier « Confiance et Bien commun : retrouver les conditions d’une juste relation », animé par Talents et trajectoires
    • Paul de Guigné, Secrétaire général de la CNAFC et Président de la Fédération des AFC de Paris : « La Laïcité et les Chantiers-Éducation »
    • Côme de Castelbajac, président de l’AFC de Nantes : « Comment Communiquer ? Comment booster la visibilité de vos Chantiers-Éducation ? »
    • *Florence Peltier de l’association 2h pour : « Comment favoriser la confiance en soi chez son enfant »

    A propos des Chantiers- Éducation
    Aujourd’hui, 630 Chantiers-Éducation rassemblent plus de 5 000 familles, en France et à l’étranger. Créés au sein des Associations Familiales Catholiques, il y a 25 ans, les Chantiers-Éducation bénéficient du soutien de la CNAF, de nombreuses CAF, de conseils départementaux. Ils font l’objet d’une convention-cadre entre le ministère de l’Education nationale et la CNAFC. Ils offrent un lieu d’écoute, d’échange et de partage entre parents sur les questions d’éducation. Ouverts à tous, les Chantiers-Éducation sont là pour leur redonner confiance dans leur capacité à éduquer leurs enfants, à partir d’un partage d’expériences.

  • Marche pour la vie le 22 janvier : redire que l'IVG est une impasse !

    Fotolia avortementCommuniqué de presse

    Le Gouvernement déploie progressivement depuis 2014 une politique du « tout avortement » :

    • Suppression de la condition de détresse : aout 2014
    • L’IVG devient un droit fondamental : novembre 2014
    • Suppression du délai de réflexion : avril 2015
    • Parcours IVG remboursé à 100 % : avril 2016
    • Projet de loi instituant le délit d’entrave numérique à l’IVG : novembre 2016

    L’objectif du Gouvernement serait-il donc de faire de l’avortement une issue normale d’une grossesse ?


    Les Associations Familiales Catholiques (AFC) s’insurgent contre ces mesures idéologiques qui bâillonent la liberté d’expression et portent gravement atteinte à la liberté de conscience des femmes, et ce alors que 72% des Français pensent que la société devrait faire plus pour éviter aux femmes l’IVG et 89% pensent que l’avortement laisse des traces psychologiques difficiles à vivre (Sondage IFOP « Les Français et l’IVG », septembre 2016).


    Est-ce en libéralisant et en poussant les femmes à avorter qu’on va résoudre ces inquiétudes et ces attentes si largement partagées ? « La meilleure IVG est celle que l'on n'a pas eu besoin de faire » (Pr Israël Nisand, Le Figaro, 30.11.2016).


    Les AFC s’inquiètent de la banalisation de l’IVG tout autant que du fait qu’il n’est jamais question des alternatives à l’IVG, qui conditionnent pourtant l’existence même d’un choix.


    Par ailleurs, les AFC rappellent que le recours à l'avortement prend naissance en particulier dans des conceptions erronées de la sexualité : seule une véritable éducation affective, relationnelle et sexuelle est susceptible de faire régresser l'avortement. Les AFC poursuivent leurs actions de terrain, notamment dans le domaine de l’éducation affective et sexuelle.


    Dans ce contexte, les AFC voient des raisons supplémentaires cette année encore de participer à la prochaine Marche pour la Vie qui aura lieu à Paris le 22 janvier prochain.

Actualités des familles La Croix