Back Vous êtes ici : Société Questions de société Vie affective et sexuelle Dossier de l'été : Quel défi l’éducateur doit-il relever en matière d’éducation affective et sexuelle ?

Dossier de l'été : Quel défi l’éducateur doit-il relever en matière d’éducation affective et sexuelle ?

L'éducateur, parent ou autre, a pour mission de transmettre les valeurs qui lui sont essentielles, qu'il a faites siennes et qu'il s'efforce de vivre. Il mène à bien ce rôle dans le contexte spécifique de l'adolescence marqué par une relation difficile à soi-même, par exemple du fait des transformations physiologiques qui interviennent à cet âge, et au monde adulte auquel l'adolescent est en passe d'accéder. C'est la forme même du rapport à soi et aux autres qui se modifie à cet âge. Tout cela induit une forme de mal-être plus ou moins profond.
Le défi principal de tout éducateur est toujours de rendre libre, d'une liberté qui permette des choix ; c'est particulièrement nécessaire dans les domaines liés de l'affectivité et de la sexualité. Pour cela, il lui faut relever bien d'autres défis afin d'apaiser l'adolescent qui est en face de lui et de rendre crédibles les réponses qu'il tentera de lui apporter.

Son premier défi est celui de son « savoir être propre », dans la mesure où il est le référent ; il se doit d'être lui-même au clair avec les problèmes abordés ; il doit en particulier vouloir vivre en cohérence, même s'il doit en même temps savoir se montrer modeste.

Ensuite il lui faut se montrer respectueux. Il a confiance dans cet adolescent et ses capacités et le lui montre. Il ne cessera jamais de l'estimer, le lui dira, le confortera dans sa valeur.

Il doit aussi le conduire par l'émerveillement face à la nature, à sa nature ; il lui communique son enthousiasme et son espérance. Il s'agira de lui faire « percevoir » les bienfaits, les bénéfices de ce que l'adolescent commence à discerner. Il ne pas s'agira en même temps d'occulter les difficultés qui inéluctablement se présentent sur la route vers ce qui est discerné.

Il écoute les préoccupations de l'ado, pour décoder sans interpréter, il est un facilitateur d'expression pour faire émerger dans le cœur et l'esprit du jeune des convictions qui lui seront propres, en l'aidant à réfléchir afin qu'il trouve ce qui est bon et mauvais pour lui, qu'il balise sa liberté. L'éducateur échange, propose, mais ne plaque pas ses certitudes. Il aide à identifier où commence « une relation sexuelle » : quel sens peut être donné aux gestes tendres, au baiser amoureux, au flirt, à une rencontre plus charnelle... Il aide à comprendre que tout n'est pas permis, même quand l'autre est d'accord, en mettant en évidence le sens des paroles et des gestes, et comment ils traduisent les sentiments.

Son savoir, sans cesse mis à jour, lui permet d'informer objectivement, sans aucun tabou mais avec retenue.
Les parents restent les éducateurs privilégiés de leurs enfants. Cependant, certains sujets peuvent être d'un abord délicat ou trop impliquant ; il paraît alors souhaitable que le jeune trouve, plutôt qu'auprès des copains ou des médias, auprès d'autres éducateurs correctement formés, les réponses aux questions qu'il se pose !


Brochure-sexualité

« L'éducateur va commencer par assurer l'adolescent qu'il ne doit pas avoir peur de ses sentiments, ni les refuser, mais l'aider à s'interroger à leur propos, à propos de ses relations avec d'autres jeunes. Pour cela, il faut sortir du domaine du « permis-défendu » pour emmener plus loin, montrer la joie qu'il y a à vivre des relations solides et denses... sans nier que cela implique des efforts, un peu comme quand on gravit un sommet. Comme dans une course en montagne, il faut un bon guide : par son exemple, il doit montrer que c'est possible et enthousiasmant ».

P. François Potez

Cet article est extrait de la brochure « 12 questions à se poser avant de parler de la sexualité»

Coup de cœur

Film Dessin animé Le voyage du Pèlerin

Actualités des familles La Croix