Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Elections

Elections

Quel calendrier pour les semaines qui viennent ?

Un nouveau Gouvernement vient d'être formé. Les ajustements réalisés ne modifient pas les points d'attention exprimés par les AFC lors de la formation du premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault : « Formé à un mois des élections législatives, le nouveau Gouvernement va inscrire son action dans la perspective de cette échéance électorale. Pour les AFC, cette situation appelle à suivre avec beaucoup d'attention la façon dont le ministre délégué en charge de la famille et chacun des ministres concernés vont porter dans les débats à venir les préoccupations familiales qui, jusqu'à présent, n'y ont pas occupé la place qu'elles méritent compte tenu de la place centrale de la famille dans la société »

Les élections législatives sont maintenant passées et les AFC restent mobilisées sur les sujets autour desquelles leur action de terrain s'est concentrée depuis plusieurs mois : conjugalité, écologie de l'homme, éducation et politique familiale.

Sur chacun d'eux, des changements importants sont annoncés : le calendrier politique commence d'ailleurs à se préciser. Ils ne pourront pas se faire sans prendre en compte la voix de la société civile et entendre les aspirations profondes de nos contemporains, notamment en ce qui concerne la famille, sa composition et sa stabilité. Les AFC ne manqueront pas de le rappeler avec force dans les prochaines semaines et de continuer à promouvoir des propositions pour répondre effectivement aux besoins des familles et reconnaître le rôle de la famille dans la société.

La famille, moteur d’humanisation de la société

« Nos choix en matière familiale n'expriment pas une sorte de particularisme ; ils ne sont pas seulement confessionnels, mais il engagent un choix de société. Nous avons le droit de les défendre socialement, non pas au nom de la foi, mais au nom du bien de la société [...] Nous avons le devoir de proposer des arguments humanistes audibles par tous les hommes de bonne volonté. Nous ne demandons pas aux gens de les accepter parce que c'est l'Eglise qui le dit, mais parce qu'il s'agit d'une expérience de l'humanité.» Ainsi s'adressait le cardinal André Vingt-Trois samedi dernier, archevêque de Paris et président de la Conférence des Evêques de France, en présence de la délégation des pèlerins français à Milan à l'occasion de la 7ème rencontre mondiale des familles.

Des propos qu'il est bon de réentendre à l'approche des élections législatives dont les résultats orienteront les contours politique de la France pour les prochaines années.

Car la famille, objet de nombreuses et profondes aspirations de la part de nos contemporains, n'est pas seulement une affaire privée. C'est un choix personnel qui a une portée publique : la famille alimente et soutient la cohésion sociale et le développement durable. Les enjeux sociétaux actuels (bioéthique, solidarité, démographie, fiscalité...) soulignent le rôle majeur que joue la famille d'un point de vue politique, social et économique.

Ainsi, poursuivant son intervention, l'archevêque de Paris a amené son auditoire à se demander « s'il est bon pour un enfant d'être élevé par ses deux parents ? Est-il bon pour un homme et une femme de s'engager l'un envers l'autre ? » avant d'ajouter avec force que « l'inquiétude de certains catholiques doit se traduire en actes, à travers la force d'intervention des partis politiques, des mouvements, des organisations économiques et sociales. C'est sur leur force représentative qu'il faut compter ».

Lire le texte

La société de demain sera-t-elle humaine ?

Le Conseil constitutionnel vient de juger conforme la loi sur le prélèvement du sang de cordon, cet « organe noble au service de la collectivité », suivant les termes du  professeur Alain Grimefld, président du Comité Consultatif National d'éthique. Dans le même temps, mais dans une toute autre optique, le site co-parents.fr se propose de mettre « en relation des personnes souhaitant avoir un enfant ensemble sans mener ensuite une vie de couple », sur fond de slogan « Avoir un enfant sans vivre en couple », « solution simple et pragmatique » pour « avoir un enfant et l'élever... sans avoir à supporter les contraintes du couple ». La révision des lois de bioéthique en 2011 a favorisé une prise de conscience de certains enjeux autour de la souffrance et de l'accueil de la vie, sujets sur lesquels le Législateur a exprimé une certaine prudence tout en favorisant de nouvelles transgressions... Qu'en sera-t-il demain ?

Si certains débats semblent - pratiquement - clos (comme celui sur la gestation pour autrui), d'autres sont loin de l'être et sont objets de nouvelles transgressions éthiques dont l'importance mérite une attention et un débat honnête, sérieux et vigilant (exigence de stabilité pour les couples ayant recours à l'assistance médicale à la procréation,autorisation accordée à des majeurs n'ayant pas encore procréé de donner leurs gamètes, rejet de la levée de l'anonymat du don de gamètes, vision de la sexualité principalement hygiéniste et centrée sur la précaution et le plaisir physique qui n'atteignent par leurs objectifs, euthanasie...). Les propositions actuelles veulent répondre à l'émotion et à l'indignation suscitées par des réponses jugées insuffisantes à la souffrance des personnes concernées.

Ces sujets ne sont pas d'abord des sujets techniques, mais ils interpellent personnellement chacun, dans la diversité des situations de souffrance.

Comment mettre en œuvre des stratégies globales et multidisciplinaires pour apporter une réponse effective, médicale et éducative à la souffrance des personnes ?



Sur ces bases, les AFC vont poursuivre avec détermination leur mobilisation pour faire entendre la voix des familles pendant la campagne en vue des élections législatives. La question qu'elles posent est de savoir :

quels élus favoriseront une vraie écologie de l'homme fondée sur des valeurs humaines permanentes ?


Accueillir les souffrances - soutenir le développement des soins palliatifs et de la prise en charge précoce de la douleur, favoriser l'information des couples touchés par l'infertilité ou le diagnostic de handicap pendant la grossesse - promouvoir de véritables thérapeutiques, développer une véritable éducation affective et sexuelle, accueillir la vie...

Retrouvez dès maintenant en détails toutes nos propositions pour promouvoir une écologie de l'homme porteuse d'une société durable.

 

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix