Back Vous êtes ici : Vie pratique Association de consommateurs Fiches pratiques Alimentation / Santé

Alimentation / Santé

Quelques conseils avant de partir « aux champignons en famille »

Les conditions météorologiques de la fin septembre plus fraîches et humides ont favorisé la pousse des champignons. Selon une alerte de l’Agence nationale de la sécurité des aliments (Anses), 181 cas d’intoxications ont été enregistrés les deux dernières semaines de septembre.

L’Agence nationale de sécurité des aliments (Anses) et la Direction générale de la santé (DGS) vous recommandent de :
• Ne ramassez que les champignons que vous connaissez avec certitude. Au moindre doute : abstenez-vous ;
• Si vous n'êtes pas sûrs de vous à 100%, demandez l'avis d'un spécialiste (pharmacien par exemple) ;
• Ramassez la totalité du champignon, pied et chapeau, pour mieux le reconnaître ;
• Évitez les bords de route, les aires industrielles, les décharges et tout site pollué : les champignons concentrent les polluants ;
• Déposez les champignons dans une caisse ou un carton, mais jamais dans un sac plastique qui accélère le pourrissement ;
• Séparez les champignons récoltés par espèce. Un champignon vénéneux peut en contaminer un autre ;
• Lavez-vous soigneusement les mains après la récolte ;
• Conservez les champignons au réfrigérateur et consommez-les dans les deux jours maximum ;
• Ne consommez jamais les champignons crus ;
• Ne jamais proposer de champignons cueillis à de jeunes enfants

Un réflexe utile : photographiez votre cueillette avant cuisson !
La photo sera utile au pharmacien ou au médecin du centre antipoison en cas d’intoxication, pour décider du traitement adéquat.

En cas d’apparition d’un ou plusieurs des symptômes notamment diarrhées, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue, etc.) à la suite d’une consommation de champignons de cueillette : appelez immédiatement le 15 ou le centre antipoison de votre région, et précisez que vous avez consommé des champignons.

Les symptômes peuvent apparaître le plus fréquemment dans les 12 heures après la consommation, mais dans certains cas, l’intoxication peut apparaître plus tard
Il est utile de noter les heures du ou des derniers repas, l’heure de survenue des premiers signes et de conserver les restes de la cueillette pour identification.
Voir tous les conseils de l’ANSES

Réduction du plomb dans l'eau en 2013

Le 25 décembre 2013, le taux maximum de plomb dans l'eau fixé par le Code de la Santé sera de 10 microgrammes par litre (µg/L) chez le consommateur (jusque là, une teneur inférieure à 25 µg/L est tolérée).

Il est donc souhaitable que les occupants des logements sachent si cette limite est respectée.

Pour ceci, il est nécessaire de faire des diagnostics précis pour connaître la situation et prendre des mesures correctives. Cette note n'a pour objet que de donner les grandes lignes du dossier.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Fic Plomb dans l'eau 15-03-2013.pdf)Fic Plomb dans l'eau 15-03-2013.pdf[ ]117 Ko

Le DMP ou Dossier Médical Personnel

Pourquoi cette fiche

La CNIL (commission d'informatique et des libertés) a autorisé la mise en place du DMP sous la responsabilité de l'ASIP Santé depuis avril 2011.

L'hébergement des DMP est sous la responsabilité de l'ASIP Santé (Agence Nationale des systèmes d'information partages de santé), les sociétés ATOS Origin et LA POSTE sont chargées d'assurer l'hébergement national.

Le DMP permet le partage des données de santé à caractère personnel entre les professionnels de santé que vous autorisez.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Fiche_AFC_DMP_05_04_2012.pdf)Fiche DMP[ ]177 Ko

Actualités des familles La Croix