Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Pouvoir d'achat

Pouvoir d'achat

Début des soldes d'hiver 2015

Début des soldes d'hiver le mercredi 7 janvier 2015 à 8 heures, y compris pour les ventes sur Internet (quel que soit le lieu du siège social de l'entreprise). Ils dureront six semaines, soit jusqu'au mardi 17 février 2015 inclus (calendrier fixé par l'article D. 310-15-3 du code de commerce).
A partir de 2015, les soldes saisonniers (dates fixes) dureront désormais 6 semaines, contre 5 semaines auparavant. Les soldes flottants, de deux fois une semaine, ont été supprimés par la loi n° 2014-626 du 18 juin 2014.

Si comme les deux tiers des Français, vous comptez profiter des soldes pour vous équiper à petit prix, ayez l'œil !
Les prix les plus bas sont très attractifs pour les familles. Encore faut-il que les réductions annoncées soient réelles et que les consommateurs ne soient pas induits en erreur.

Pour bien en profiter :

  • comparez toujours la valeur réelle de l'offre avec le prix "normal" avant la promotion, et chez les concurrents ! Vous aurez peut-être d'heureuses surprises. Un pourcentage ne signifie rien,
  • n'achetez que ce dont vous savez avoir besoin. Un grand principe : les prix (ou les réductions) doivent toujours être clairement affichés, ainsi que le Prix Normal "avant Promotion" quand le prix est "barré".

Pour plus de conseils
Lire la fiche conso.net du 5 janvier 2015

Pouvoir d'achat des familles en baisse et des inquiétudes pour 2013 !

Une enquête de 60 millions de consommateurs

D’après un sondage réalisé par 60 millions de consommateurs, la majorité des Français estiment que leur pouvoir d’achat a baissé en 2012 et qu’il diminuera davantage en 2013.

Une enquête publiée par le magazine 60 millions de consommateurs révèle que 79 % des Français constatent que leur pouvoir d’achat a diminué en 2012 et 77 % s’attendent à une nouvelle baisse en 2013.

Des chiffres qui décrivent une réalité économique difficile se traduisant par la première baisse du pouvoir d’achat en France depuis 30 ans !

D’après le sondage réalisé par Mediaprism, les Français mettent en avant l’augmentation : des prix de l’énergie (85,6 %), des produits de grande consommation (72,9 %), des impôts et des taxes (71,6 %), du prix de l’essence (69,5 %).

Un Français sur quatre déclare avoir "de plus en plus de mal à joindre les deux bouts en fin de mois", un chiffre qui monte à 48,4 % pour les personnes ayant un revenu inférieur à 1.500 euros par mois.

Ils sont aussi 40 % à "avoir supprimé certaines dépenses et se priver plus qu’avant".  C’est ainsi que 70% des sondés font plus attention aux gestes simples de la vie quotidienne qui leur permettent de faire des économies, comme limiter leur consommation d’électricité ou adopter une conduite automobile moins gourmande en énergie.

Plus inquiétant encore, ils sont de plus en plus nombreux à devoir couper dans les dépenses essentielles : un tiers des personnes gagnant moins du SMIC comptent ainsi réduire leurs dépenses de santé

"L’heure n’est plus aux petits ajustements, elle est aux remises en cause plus drastiques. Les Français ont déjà réduit leurs achats plaisir, leurs dépenses inutiles, en 2013, ils vont resserrer leur ceinture d’un nouveau cran et taper dans l’essentiel", explique Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs.

Plus de résultats sur www.60millions-mag.com en saisissant le code 48264 dans le cadre Web+

Fichier positif : les AFC participent à la consultation publique

Lors de son discours de clôture de la conférence de lutte contre la pauvreté en décembre, Le premier ministre a annoncé la mise en place d’un fichier positif. Ce registre a vocation à centraliser les données relatives aux crédits de ménages, facilitant la vérification de la solvabilité d’un particulier souhaitant signer un nouveau crédit.

La CNAFC se réjouit de l’annonce de cette mesure qu’elle a toujours soutenue, notamment lors de l’audition devant le sénat en juillet 2012. Elle considère ce dispositif comme un outil bénéfique en vue de prévenir le surendettement.

Elle vient de répondre à la consultation publique sur la création de ce fichier. Si elle se félicite que les pouvoirs publics prévoient une loi pour instaurer le fichier positif, dans ses réponses, elle recommande un projet simple d’utilisation et de conception, ce qui permettrait des économies non négligeables. Elle insiste également sur la protection du consommateur dans l’utilisation de ce fichier.

Ce fichier, dont le bien-fondé suscite de fortes divisions au sein de la classe politique et des associations, sera créé dans le cadre d'une loi sur la consommation, prévue au printemps 2013.

Se défendre et s'informer

Actualité La Croix