Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Santé

Santé

Fermeture de la Sécurité sociale étudiants

Fotolia 178063456 XSA compter du 1er septembre 2018 la Sécurité sociale étudiant disparaît :

  • Tous les nouveaux inscrits dans l’enseignement supérieur resteront affiliés à leur régime actuel de sécurité sociale (généralement celui des parents).
  • La cotisation annuelle de 217 € disparaît.
  • Les étudiants déjà inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur en 2017-2018 restent rattachés à leur mutuelle étudiante pour l’année universitaire 2018-2019.
  • Au 31 août 2019 l’ensemble du régime étudiant aura disparu et chacun sera rattaché à la CPAM.
  • Au-delà de cette couverture santé de base, les étudiants sont libres de choisir la couverture complémentaire qui garantira le remboursement de leurs soins (rattachement à la mutuelle des parents, mutuelle étudiant ou tout autre organisme…).

Ce qu'il faut faire lorsque vous êtes étudiant 

  1. créer un compte personnel sur https:/www.ameli.fr/,
  2. mettre à jour votre carte vitale
  3. choisir une couverture santé complémentaire.


SOURCE : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F675

Etablissement d'un diagnostic de « trouble du jeu vidéo » par l’OMS

Fotolia jeux videosLe 18 juin 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) présentait la onzième édition de sa Classification internationale des maladies 1 (la CIM-11). L’annonce de l’ajout du « trouble du jeu vidéo » dans la section dédiée aux « troubles de l’addiction » a suscité de nombreuses réactions et a été critiquée2 par de nombreux chercheurs universitaires et par l'industrie du jeu vidéo.

Pour le collectif PédaGoJeux3, cette annonce est l’occasion de réaffirmer que la meilleure prévention reste l’accompagnement et l’encadrement par les parents des pratiques de jeu des enfants notamment la gestion du temps et ce dès le plus jeune âge.

C’est dans cet objectif que PédaGoJeux propose depuis près de 10 ans des ressources et des conseils pratiques afin de mieux comprendre l’univers du jeu vidéo et de mieux encadrer son usage au sein des familles.

Pour la CNAFC, cette annonce est l’occasion de rappeler que les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants, sont avant tout en demande de clarté et de soutien pour mieux accompagner leurs enfants dans les pratiques de jeu vidéo.

Pour aller plus loin :

logo pedagojeux 2017 350x77

Enquête Familles rurales : le pou, un parasite qui coûte cher

Dessin publié avec l'aimable autorisation de l'auteur - Jack KOCH

Qui dit printemps dit aussi retour des poux sur la chevelure de nos enfants.

L’association Familles rurales vient de publier une enquête « pour aider les familles à lutter contre les poux à moindre coût. »
Deux tiers des produits contre les poux ne sont pas efficaces à 100%, estime l'association Familles rurales, selon laquelle les familles dépensent souvent plus que nécessaire pour débarrasser leurs enfants de ces parasites.

Privilégier les produits asphyxiants

Elle se base sur un test réalisé en 2015 par un laboratoire spécialisé de l'université François-Rabelais de Tours. Il existe trois grandes catégories de produits: les insecticides (le traitement coûte 14 euros en moyenne), les lotions ou shampoings asphyxiants pour le parasite (11 euros en moyenne) et les huiles essentielles (7 euros en moyenne). Familles rurales conseille aux familles de privilégier les produits asphyxiants.

« Aussi efficaces que les insecticides, ils sont à la fois moins toxiques, moins polluants et moins chers », selon l'association. Les huiles essentielles, elles, sont « davantage des répulsifs qu'une solution contre les poux déjà présents ».
Au sein des produits asphyxiants, le choix est vaste, avec des traitements qui coûtent 9 euros en moyenne pour les shampoings et 11,50 pour les lotions. L'association conseille les lotions, car l'application sur cheveux secs permet de ne pas diluer le produit avec de l'eau, et donc d'avoir des principes actifs plus concentrés.

Cinq fois plus chers selon le lieu d'achat

Les prix peuvent être multipliés par cinq selon le lieu d'achat (grande surface, pharmacie ou sites de pharmacie). Ils varient de 5,49 à 25,90 euros pour les lotions et de 4,50 à 19,95 euros pour les shampoings.
Un tiers des familles (33%) dépensent plus de 30 euros pour se débarrasser des poux, trois fois plus que le prix moyen d'un traitement asphyxiant, relève l'association. Et 9% d'entre elles plus de 50 euros.
Quel que soit le traitement, l'association conseille d'utiliser en complément un peigne anti-poux (avec des dents très serrées) et de vérifier régulièrement les cheveux de nos enfants.

Enquête pour aider les familles à lutter contre les poux à moindre coût

 

Illustration : Dessin publié avec l'aimable autorisation de l'auteur - Jack KOCH

Coup de cœur

Couverture du livre de Pascale Morinière - Au secours mon bebe a grandi

Actualités des familles La Croix