Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Santé

Santé

Acrylamide : limiter sa présence dans nos assiettes

acrylamide dgccrfAdoptons les bons réflexes pour réduire la présence de l’acrylamide dans nos préparations maison.

L’acrylamide est une substance potentiellement cancérogène pour l’homme.

Ce composé chimique, qui se cache dans de nombreuses denrées alimentaires (frites, chips, biscuits, pain, café, céréales pour le petit déjeuner...) n’est pas présent à l’état naturel dans les produits bruts. Il se forme lors de la cuisson d’aliments riches en amidon ou en sucres quand ils sont portés à une température supérieure à 120°C. Seules les cuisons au four, en friture ou au gril entraînent la formation d’acrylamide.

Quelques conseils pour minimiser les risques :

- Eviter de chauffer de façon excessive les denrées alimentaires pouvant former de l’acrylamide (par exemple les toasts ou les biscuits) et ne pas consommer les parties brûlées ;

- Pour les frites, utiliser des pommes de terre de gros calibre (plus les pommes de terre sont grosses moins elles contiennent d’acrylamide) et faire tremper les frites découpées dans de l’eau chaude pendant 10 minutes et les sécher avant de les cuire ;

- Limiter la température de cuisson à 160-170 °C au lieu de 180 °C;

- Privilégier une alimentation diversifiée, sans abuser des aliments frits et faisant la part belle aux fruits et légumes crus ou cuits.

En savoir plus sur le site de la DGCCRF : https://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/dgccrf/documentation/publications/depliants/acrylamides.pdf

Enquête : vos attentes envers les pharmaciens d'officine

Fotolia pharmacieFrance Assos Santé, dont les AFC font partie, regroupe plus de 70 associations nationales agréées pour représenter les patients et les usagers du système de santé au sens large. Nous avons pour mission de les représenter afin de faire valoir leurs droits et défendre leurs intérêts.

A travers cette enquête, France Asso santé souhaite recueillir le sentiment des usagers sur leur relation avec les pharmaciens d'officine (exerçant dans les pharmacies de ville), leurs attentes par rapport aux missions qui peuvent être confiées à ce professionnel de santé en particulier concernant le médicament mais aussi au-delà.

Nous vous remercions de prendre le temps de participer à ce sondage, dont les résultats et leur analyse seront mis en ligne courant décembre sur le site de France Assos Santé (www.france-assos-sante.org).

Donnez votre avis sur : https://fr.surveymonkey.com/r/SD7DB8R

Les AFC ont reçu pour la première fois l’agrément santé en 2008. Pour compléter leurs engagements auprès des familles, les AFC ont choisi de demander cet agrément afin de pouvoir représenter les usagers au sein des organismes de santé et vérifier la qualité des services prodigués ainsi que le respect des personnes.

La délivrance de cet agrément reconnaît l’investissement des AFC dans ces structures, notamment par leurs représentants en UDAF. Désormais les AFC peuvent être représentées en tant que telles dans les structures concernées. Les AFC ont à coeur de répondre aux préoccupations des familles, d’encourager les soignants dans leur rôle précieux d’accompagnement, de protéger et promouvoir la vie.

Lévothyrox : restaurer la confiance !

L’ancienne formule du Lévothyrox est depuis hier disponible en pharmacie, en quantité très limitée. Ce retour fait suite aux plaintes de près de 10 000 patients recensés souffrant d’effets secondaires indésirables de la nouvelle formule mise en vente depuis 6 mois.

Ce sont en réalité 3 millions de personnes qui souffrent aujourd’hui en France d’un dysfonctionnement de la thyroïde et qui sont donc, elles et leurs familles, préoccupées par les incertitudes liées à leur traitement.

Regroupant près de 30 000 familles, disposant d’un agrément d’Etat pour représenter les usagers dans les instances hospitalières ou de santé publique, et membre fondateur de l’UNNASS (France Assos Santé), les AFC sont pleinement conscientes des enjeux liés à la situation.

Elles se montrent en conséquence très attentives à la qualité du suivi qui leur est proposé, à la précision de l’information délivrée, et au climat de confiance indispensable qui doit être rétabli entre les différents acteurs du système de santé, les patients et leurs proches.

Aussi les AFC insistent-elles, avec France Assos Santé, sur la nécessité pour « les agences et institutions concernées de se doter de moyens modernes afin de mieux communiquer auprès des professionnels de santé et des patients » et à « s’engager sur la voie de la co-construction, avec les associations de patients, pour ce qui concerne aussi bien l’anticipation des risques que la communication et l’information, afin d’éviter de voir se répéter les crises sanitaires » (Communiqué de presse de France Assos Santé).

Actualités des familles La Croix