Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Santé

Santé

Ma piscine sous haute surveillance

Piscine protéger enfantChaque année, malgré l’obligation d’équiper les piscines d’un dispositif de sécurité, de jeunes enfants se noient.

Rien ne remplace la vigilance des adultes :

  • Restez toujours avec vos enfants quand ils jouent au bord de l’eau ou lorsqu’ils sont dans l’eau.
  • Baignez-vous en même temps qu’eux.
  • Pendant la baignade, désignez un seul adulte responsable de leur surveillance.
  • Apprenez-leur à nager le plus tôt possible.
  • Équipez-les de brassards adaptés à la taille, au poids et à l’âge de l’enfant dès qu’ils sont à proximité de l’eau.
  • Même s’ils sont équipés de brassards, surveillez-les en permanence.
  • Méfiez-vous des bouées ou des autres articles flottants (matelas, bateaux pneumatiques, bouées siège...), ils ne protègent pas de la noyade.
  • Pensez à poser à côté de la piscine une perche, une bouée et un téléphone pour alerter les secours le plus rapidement possible.
  • Après la baignade, pensez à sortir tous les objets flottants, jouets, bouées, objets gonflables et à remettre en place le dispositif de sécurité.
  • Si vous avez une piscine ‘‘en kit’’ (qui n’est pas enterrée dans le sol), retirez l’échelle après la baignade pour en condamner l’accès.

Source : https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Publications/Vie-pratique/Fiches-pratiques/Piscine-securite

“Lanceur d’Alerte” de l’ANSM

Lanceur dalerte ANSMDésormais, les lanceurs d’alerte au sujet de médicaments ou d’autres produits de santé peuvent adresser leurs révélations de faits délictueux et autres pratiques non conformes, en toute sécurité sur une adresse électronique spécifique mis en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Cette adresse, accessible sur la page d’accueil du site internet de l’ANSM, permet à toute personne qui en a personnellement connaissance de signaler facilement toute violation grave d’une loi ou d’un règlement ou toute menace grave à l’intérêt général, concernant des produits de santé ou à finalité cosmétique destinés à l’Homme ou des activités relevant du champ de compétence de l’ANSM.

Les signalements de défaut qualité, les signalements d’effets indésirables ou d’erreurs médicamenteuses et les signalements de ruptures de stock ne relèvent en revanche pas de cette nouvelle procédure. L'agence garantit l’examen du signalement, une première réponse à son auteur dans des délais très courts et le strict respect de la confidentialité des informations recueillies et de l’identité du lanceur d’alerte, qui bénéficie également des mesures de protection prévues par la loi, notamment vis-à-vis de son employeur.

Cette procédure s’inscrit dans le cadre de la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique (Loi dite « Sapin 2 »).

Fermeture de la Sécurité sociale étudiants

Fotolia 178063456 XSA compter du 1er septembre 2018 la Sécurité sociale étudiant disparaît :

  • Tous les nouveaux inscrits dans l’enseignement supérieur resteront affiliés à leur régime actuel de sécurité sociale (généralement celui des parents).
  • La cotisation annuelle de 217 € disparaît.
  • Les étudiants déjà inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur en 2017-2018 restent rattachés à leur mutuelle étudiante pour l’année universitaire 2018-2019.
  • Au 31 août 2019 l’ensemble du régime étudiant aura disparu et chacun sera rattaché à la CPAM.
  • Au-delà de cette couverture santé de base, les étudiants sont libres de choisir la couverture complémentaire qui garantira le remboursement de leurs soins (rattachement à la mutuelle des parents, mutuelle étudiant ou tout autre organisme…).

Ce qu'il faut faire lorsque vous êtes étudiant 

  1. créer un compte personnel sur https:/www.ameli.fr/,
  2. mettre à jour votre carte vitale
  3. choisir une couverture santé complémentaire.


SOURCE : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F675

Coup de cœur

PMA couv enjeux debats

Actualités des familles La Croix