Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Sécurité domestique

Sécurité

Chutes d’enfants par la fenêtre : les protections ne remplacent pas la vigilance

stockvault-fenetreLe printemps et les beaux jours arrivent et avec les premières chaleurs, les risques de chutes par la fenêtre augmentent.

La moitié des chutes d'enfants par une fenêtre ont lieu à partir de locaux disposant de protections, ou alors qu'un meuble ou un objet se trouvait sous l'ouverture selon une étude sur les défenestrations accidentelles d'enfants menée en 2013.

Quatre fois sur cinq, un adulte était présent dans le logement au moment de la chute.

Les chutes concernent surtout les enfants de moins de 6 ans (62%) et majoritairement les garçons (70%), comme c'était déjà le cas dans les enquêtes précédentes effectuées dans les trois mêmes régions en 2005 et 2006.

« Verrous, poignées verrouillables, entrebâilleurs, bloque-portes, et barrières qui font office de garde-corps... ne suffisent pas et ne remplacent jamais la vigilance d'un adulte », écrit l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) dans un communiqué.
L'Inpes réitère ses conseils de prévention, visant notamment à ne jamais laisser un enfant seul, ou sous la responsabilité d'un autre enfant ou adolescent, près d'une fenêtre ouverte ou sur un balcon.

Ne jamais laisser des meubles ou objets sous une fenêtre : les enfants peuvent s'en servir pour accéder à leur ouverture.
« Il faut se mettre dans la tête d'un enfant, il entend des bruits à l'extérieur et cherchera à voir ce qui se passe. S'il y a un conseil à retenir, c'est de ne jamais laisser un enfant seul quand une fenêtre est ouverte » rappelle Thanh Le Luong, directrice générale de l'Institut National de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).

La CNAFC agit pour la sécurité des familles. Chaque année des membres d'une famille, toutes générations confondues, sont victimes d'un accident de la vie courante. Dans de nombreux cas, des solutions peuvent exister.

La CNAFC a signé la charte de la prévention des accidents de la vie courante en mai 2009 et fait partie du Collectif inter associatif de Lutte contre les Accidents de la vie Courante (CLAC).

Brève sur le site de l'INPES

ATTENTION, SOYEZ COUVERT POUR LES DOMMAGES CAUSES PAR VOS ENFANTS SELON LES MODES DE GARDE

Même s'ils sont commis par un enfant, les dommages causés par sa faute ou son imprudence peuvent engendrer des conséquences matérielles et pécuniaires plus ou moins grandes.

De plus en plus de pères et de mères exercent une activité professionnelle. Cela les amène à faire appel à des modes de garde d'enfants très divers : nourrice, crèche, jeune fille au pair, employée de maison...
Par ailleurs, de nombreux enfants passent une partie de leurs vacances chez les grands-parents, des amis ou dans un centre de vacances.

Confier son enfant à autrui, professionnel, membre de la famille ou ami, n'est jamais chose aisée. Lorsqu'un accident arrive, que votre enfant soit victime ou responsable, les questions d'assurance et d'indemnisation font surfaces.
Que se passe-t-il en cas d'accident ?

La Fiche pratique "LE FAIT DE L'ENFANT ET SA GARDE : RESPONSABILITE ET ASSURANCES" sur www.conso.net vous propose un tour d'horizon des différents modes de gardes et des exigences à respecter afin que tout éventuel sinistre puisse être réglé au mieux.

Sécurité des articles pour enfants : un guide européen

Chaque jour, des centaines d’enfants sont victimes d’accidents liés à l’utilisation d’objets pourtant spécialement conçus pour eux : poussette, trampoline, jouets… Selon le système d’alerte rapide RAPEX, ces derniers représentent d’ailleurs plus de 20 % des produits dangereux détectés en 2011.


Ces accidents, dont la plupart sont évitables, ont diverses causes : produit cassé, défectueux ou mal conçu, notice de sécurité manquante, défaut de surveillance… Les risques d’accident sont d’autant plus grands que l’objet est encore peu répandu et mal connu des familles, qui en ignorent donc les dangers.


Afin de rendre les articles destinés aux enfants toujours plus sûrs et bien adaptés à l’utilisation qu’ils peuvent en faire, la Commission de la Sécurité des Consommateurs a participé à la rédaction et au financement du Guide sur la sécurité des articles pour enfants : les produits potentiellement dangereux, présenté officiellement aux autorités européennes le 5 décembre 2013 à Vilnius (Lituanie).


Ce guide donne des informations claires et pratiques sur 26 produits identifiés et présentant des risques. Il précise ainsi en quoi ces objets pourraient poser problème et se révéler dangereux, quels sont les réflexes à adopter lors de leur achat, et comment bien les utiliser.

 

Se défendre et s'informer

Actualité La Croix