Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Ecole

Ecole

Les Français ne veulent pas de cette réforme du collège

Fotolia ecoleCommuniqué de presse

La Confédération nationale des AFC a effectué un sondage national avec l’IFOP, le 7 mars dernier, sur la Réforme du Collège adoptée par le Conseil Supérieur de l’Education le 10 avril 2015.

Cette réforme doit être mise en œuvre à la rentrée 2016. Elle tend à renforcer le « collège unique » en réduisant la part des différentes filières (langues anciennes, classes européennes, classes bi-langues) et à promouvoir une pédagogie « constructiviste » qui fait de l’élève le promoteur de ses propres apprentissages.

Le diagnostic des Français sur le Collège actuel est sévère, en effet :

- il n’y a que pour les mathématiques (57%) où plus de la moitié pensent que le Collège remplit effectivement sa mission,

- alors qu'en français, seulement 34% des sondés estiment que le collège forme suffisamment les élèves.

La perte de confiance dans le Collège explique qu’ils sont très largement favorables à une réforme en vue de réduire les inégalités (75%), mais une grande majorité doutent (71%) que cette réforme y contribue, et même qu’elle soit susceptible d’améliorer le niveau des élèves (56%).

Si les EPI (Enseignements Pratiques Interdisciplinaires) sont globalement bien reçus (60%), la suppression de toutes les filières qui permettaient de contourner le « collège unique » est largement rejeté (classes européennes à 79%, classes bi-langues à 84% et réduction des langues anciennes à 59%).

Pour ce qui est de l’avenir de cette réforme, une majorité (51% contre 22%) pense qu’elle doit être suspendue plutôt qu’expliquée aux parents.

Association familiale, nous entendons les inquiétudes mais aussi le doute profond des parents quant à l’adéquation de cette réforme avec les maux dont souffre aujourd’hui le collège. Si la nécessité d’une réforme, bien étayée par les études PISA, semble être aujourd’hui un diagnostic largement partagé, les Français peinent à imaginer que cette réforme puisse améliorer le niveau des élèves.

Nous souhaitons donc, à l’issue de cette enquête, prendre date pour faire entendre qu’il est nécessaire de suspendre la mise en œuvre de la réforme et prendre réellement le temps de la consultation de cette catégorie de citoyens que sont les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants.

Voir les résultats du sondage en pièce jointe

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (113726 - Présentation Sondage Collège CNAFC.pdf)113726 - Présentation Sondage Collège CNAFC.pdf[ ]1418 Ko

Les AFC reçues au Ministère de l'Education nationale

Les AFC ont été reçues le 16 décembre au Ministère de l’Education Nationale par Agathe Cagé et Maud Phelizot, conseillères de Najat Vallaud-Belkacem, pour un entretien portant sur la réforme du Collège.

Madame Cagé en est la cheville ouvrière dans le cabinet de la ministre. Nous avons fait état de la forte inquiétude des parents devant un système scolaire qui reste à la traine des autres pays de l’OCDE de même niveau socio-économique et ce malgré des dépenses par élève parmi les plus élevées, comme en témoigne l’étude PISA de 2012.

EPI, enseignement des langues vivantes, du français, des langues anciennes, réorganisation des cycles, … nous avons pu aborder tous ces thèmes sans que puisse être mis en doute le bien fondé des orientations prises. Nous avons fait part du grand scepticisme des parents pour adhérer à l’idée que ces réformes étaient susceptibles de répondre au diagnostic pessimiste porté sur notre système scolaire.

Les efforts pédagogiques du Ministère ne suffiront sans doute pas pour persuader professeurs et familles de la pertinence de cette réforme qui prendra effet à la rentrée 2016.
PISA : Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves.

Lire notre analyse sur la réforme du collège

Journée "Non au harcèlement"

harcelement à l'écoleLa première journée nationale « Non au harcèlement » a lieu aujourd’hui jeudi 5 novembre.

Chaque année 700 000 élèves souffrent au quotidien de brimades, de moqueries, de mises à l’écart voire de violences physiques. Et cela s’aggrave avec la présence de plus en plus importante des enfants de 7 à 11 ans sur les réseaux sociaux.

Cette initiative s’adresse en priorité aux enfants de primaire et aux témoins car c’est dès le plus jeune âge qu’apparaissent les premières situations de harcèlement.

Pour faire face aux urgences et aux situations déjà malheureusement installées, le ministère a mis en place des dispositifs multiples : numéros verts national et académiques, réseaux de référents « harcèlement » pour écouter et accompagner les familles et les établissements.

Les AFC soutiennent cette initiative de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire.

non harcelement

Actualité La Croix