Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Ecole

Ecole

Les AFC reçues au Ministère de l'Education nationale

Les AFC ont été reçues le 16 décembre au Ministère de l’Education Nationale par Agathe Cagé et Maud Phelizot, conseillères de Najat Valaud Belkacem, pour un entretien portant sur la réforme du Collège.

Madame Cagé en est la cheville ouvrière dans le cabinet de la ministre. Nous avons fait état de la forte inquiétude des parents devant un système scolaire qui reste à la traine des autres pays de l’OCDE de même niveau socio-économique et ce malgré des dépenses par élève parmi les plus élevées, comme en témoigne l’étude PISA de 2012.

EPI, enseignement des langues vivantes, du français, des langues anciennes, réorganisation des cycles, … nous avons pu aborder tous ces thèmes sans que puisse être mis en doute le bien fondé des orientations prises. Nous avons fait part du grand scepticisme des parents pour adhérer à l’idée que ces réformes étaient susceptibles de répondre au diagnostic pessimiste porté sur notre système scolaire.

Les efforts pédagogiques du Ministère ne suffiront sans doute pas pour persuader professeurs et familles de la pertinence de cette réforme qui prendra effet à la rentrée 2016.
PISA : Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves.

Lire notre analyse sur la réforme du collège

Journée "Non au harcèlement"

harcelement à l'écoleLa première journée nationale « Non au harcèlement » a lieu aujourd’hui jeudi 5 novembre.

Chaque année 700 000 élèves souffrent au quotidien de brimades, de moqueries, de mises à l’écart voire de violences physiques. Et cela s’aggrave avec la présence de plus en plus importante des enfants de 7 à 11 ans sur les réseaux sociaux.

Cette initiative s’adresse en priorité aux enfants de primaire et aux témoins car c’est dès le plus jeune âge qu’apparaissent les premières situations de harcèlement.

Pour faire face aux urgences et aux situations déjà malheureusement installées, le ministère a mis en place des dispositifs multiples : numéros verts national et académiques, réseaux de référents « harcèlement » pour écouter et accompagner les familles et les établissements.

Les AFC soutiennent cette initiative de prévention et de lutte contre les violences en milieu scolaire.

non harcelement

Le socle commun de connaissances

connaissance

Le socle commun de connaissances, de compétences et de culture a été publié au Bulletin Officiel et sera mis en œuvre dès la rentrée 2016 avec la réforme du Collège. Il concerne l’ensemble des apprentissages des élèves de 6 à 16 ans et recouvre donc la période de scolarité obligatoire.

Il est divisé en 6 grands domaines :

  • les langages pour penser et communiquer,
  • les méthodes et outils pour apprendre,
  • la formation de la personne et du citoyen,
  • les systèmes naturels et les systèmes techniques,
  • les représentations du monde et l'activité humaine.

Ce socle commun permettra une cohérence entre les enseignements qui devront être décloisonnés: ainsi, les professeurs de sciences sont explicitement mobilisés pour participer à la formation des élèves à la maîtrise de la langue, l’éducation citoyenne est explicitement l’affaire de tous…

Cependant, et en dépit de son titre qui insiste sur la culture, il s’agit d’un enseignement toujours plus technique dans lequel la langue française est classée parmi les langages pour « penser et communiquer » au même titre que les « langues vivantes étrangères ou régionales » ou les « langages des arts et du corps ». La langue française est présentée comme un simple outil mais non comme le riche héritage qui a permis de développer une culture –et donc une pensée- qui rayonne bien au-delà de nos frontières et qui, à travers tant et tant d’auteurs, structure peu à peu la langue, les émotions, la réflexion et l’intelligence des enfants et des jeunes, permettant ainsi à chacun d’apprendre à penser, s’exprimer et agir avec plus de liberté.

Ce socle commun fait la part belle aux valeurs fondamentales et aux principes de la République, domaine qui est traité dans une rubrique à part entière. Nul doute que ces valeurs et principes seraient bien mieux compréhensibles et naturellement adoptables comme règle de vie commune et non comme une quasi-religion, si la culture vivante qui les a suscités était goûtée, comprise, admirée. Comment comprendre la liberté d’expression sans Beaumarchais, sans Victor Hugo? La démocratie sans Tocqueville ou Lamartine ?

Découvrez le socle commun sur le site du ministère

En savoir plus sur la réforme du collège

Actualité La Croix