Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Instances de la politique familiale

Instances de la politique familiale

Les AFC reçues au secrétariat d’État pour l’égalité entre les femmes et les hommes

mschiappaJean Marie Andrès, président national, Pascale Morinière, vice-présidente nationale et Pierric Mallié-Arcelin, délégué général de la CNAFC ont été reçus mardi 7 novembre dernier par madame Catherine Petit, directrice de cabinet de Marlène Schiappa.

Un entretien ouvert qui fut l’occasion de présenter d’une part les AFC, leurs convictions et leurs actions majeures, d’autre part les prérogatives et domaines d’action d’un secrétariat d’État transverse, et d’aborder ainsi certains sujets communs.

Nous avons notamment abordé notre conception de l’égale dignité humaine entre les hommes et les femmes et souligné l’importance de l’éducation au respect d’autrui pour prévenir le harcèlement, ainsi que l’accès beaucoup trop facile pour les mineurs à des contenus pornographiques sur internet.

Politique familiale : les AFC auditionnées au Sénat

logo senatJean Marie Andrès, président national, et Pierric Mallié-Arcelin, délégué général de la CNAFC ont été auditionnés le 26 octobre dernier par la sénatrice Élisabeth Doineau, vice-présidente de la commission des affaires sociales du Sénat, sur le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2018.

Rejoignant l’unanimité des autres associations familiales, les AFC ont dénoncé avec force le nouveau coup de rabot scandaleux sur les prestations familiales prévu en 2018, notamment la baisse du montant et des plafonds de la PAJE, traduisant une injustice pour les familles et une grande méconnaissance des objectifs de la politique familiale.

Les AFC ont relayé un objectif ambitieux, proposé par l’UNAF : permettre aux familles d’avoir le nombre d’enfants qu’elles souhaitent. En effet, le nombre moyen d'enfants désiré par famille est de 2,39 enfants, pour un indice conjoncturel de fécondité de 1 ,93 enfant par femme seulement, en baisse marquée depuis quelques années.

Les AFC ont fait part de leurs vives inquiétudes pour 2019, en particulier de la fin de l’universalité des allocations familiales - et pourquoi pas d’autres prestations sociales : assurance maladie, ... ? - et des risques majeurs que fait courir le prélèvement à la source sur la familiarisation de l’impôt.

Enfin, les AFC ont demandées à être associées pleinement aux travaux de refonte de la politique familiale annoncés en 2018 et ont invité les sénateurs, dans leur sagesse, à être les gardiens de la politique familiale et de refuser qu’elle soit modifiée sans étude d’impact préalable.

Actualités des familles La Croix