Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Instances de la politique familiale

Instances de la politique familiale

Enquête fiscalité et politique familiale

Donnez votre avis sur la politique familiale actuelle en répondant à l'enquête proposée par les AFC.

Quelques chiffres

Les sommes versées par la CNAF se sont élevées, en 2012, à 79 milliards d'euros (environ 3,8 % du PIB de la France, en progression de 3,6 % par rapport à 2011) dont 53,4 milliards d'euros en faveur des familles,

soit 68% du budget de la branche famille et 25, 6 milliards d'euros pour les aides contre la précarité, soit 32% du budget de la branche famille.

Dans le détail, retenons notamment que 44 milliards d'euros sont versés directement aux familles (15,2 milliards d'euros dans le cadre des prestations dédiées à la petite enfance, 8,6 milliards pour les aides au logement et 20,3 milliards pour les autres aides directes).

Du côté des aides contre la précarité, la CAF explique que, toujours en 2012, 17,7 milliards d'euros sont dépensés au titre des revenus garantis et compléments (RSA et allocation aux adultes handicapés notamment) et 7,9 milliards d'euros au titre des aides au logement en faveur des personnes sans enfants à charge. Ces chiffres confirment la grande diversité des populations bénéficiaires des prestations versées par les CAF et le poids des mesures à caractère social.

Il est important, pour préciser encore la distance prise par rapport aux intuitions de départ, de regarder du côté de l'origine des financements :
- 43,8 % proviennent des cotisations sociales et salariales versées par les employeurs,
- 22,1 % proviennent de la CSG et d'autres impôts et produits affectés,
- 21,9% sont assurés par la prise en charge de prestations par l'État ou les départements,
- 9,7 % sont liés au financement par l'État d'une partie des aides au logement,
- 1% sont financés par des cotisations sociales prises en charge par l'État ou la Sécurité sociale,
- 1,4 % proviennent d'autres recettes.
Une partie non négligeable de la politique familiale est donc financée par l'impôt.

Pour aller plus loin, vous pouvez donner votre avis en répondant à l'enquête proposée par les AFC sur la politique familiale.

Pourquoi reconstruire la politique familiale ?

Ce qui soutient la famille est bon pour la personne et pour la société toute entière. Or, aujourd'hui, en France, la politique familiale est fragilisée, pour une part incohérente et, de ce fait, remise en question.

Lire la suite...

Un nouveau Gouvernement : pour quoi faire ?

gouvernement valls 2Communiqué de presse

Un nouveau Gouvernement vient d'être formé. Ce changement est censé assurer une cohérence autour des orientations fixées par le chef de l'Etat.

Pour les AFC, le caractère limité des changements effectués confirme que ces orientations ne répondent pas aux inquiétudes des familles. Elles les renforcent même gravement dans deux domaines : l'éducation et la politique familiale.

Les AFC sont actives depuis toujours pour soutenir les parents dans leur mission de premiers et principaux éducateurs de leurs enfants et garantir le respect des principes qui fondent leur confiance à l'égard de l'école. Elles s'inquiètent donc de la nomination d'un ministre de l'Education nationale qui a fait sien l'objectif de « changer les mentalités en s'appuyant sur la jeunesse ». Elles seront très attentives aux décisions et aux orientations prises, notamment s'agissant des dispositifs qui, sous couvert d'égalité entre filles et garçons, contourneraient les parents et aboutiraient à ne pas reconnaître égale dignité et différence entre les sexes.

Par ailleurs, les familles attendent plus que jamais des réponses concrètes et rapides pour sortir de l'incertitude

  • quant à l'accès à l'emploi qui fait partie intégrante de la politique familiale,
  • quant à la logique fiscale qui laisse penser que les familles qui paient des impôts sont des privilégiées,
  • quant à la lisibilité et à la stabilité à long terme de la politique familiale.

De façon générale, il est plus que temps d'en finir avec la méthode de réforme, jusqu'alors fondée sur un refus d'écoute et de dialogue, qui a entraîné une exaspération des Français.

Les AFC poursuivent activement leurs réflexions, nécessaires sur chacun de ces chantiers. Ces derniers demandent de sortir de la logique partisane pour travailler avec les associations familiales, compétentes et légitimes pour porter la parole des familles.

Coup de cœur

PMA couv enjeux debats

Actualités des familles La Croix