Back Vous êtes ici : Société Questions de société Fragilités et solidarités

Dépendances et nouvelles solidarités

Aidants familiaux : vos droits aux congés

Être aidant familial est une tâche souvent difficile. Quand prendre un congé de soutien familial?

Pour tous ceux qui sont concernés par la prise en charge de la perte d'autonomie et de la dépendance, L’UNAF vient d’éditer une plaquette pour renseigner sur les droits aux congés des aidants familiaux parce que tout individu peut être confronté à un moment donné de sa carrière à une situation de perte d’autonomie d’un membre de sa famille liée au vieillissement, à la maladie ou au handicap.


3 congés existent pour soutenir l’aidant familial :
-    le congé de présence parentale pour assister un enfant âgé de moins de 20 ans à charge, gravement malade, handicapé ou accidenté ;
-    le congé de solidarité familiale pour assister un proche dont le pronostic vital est engagé ;
-    le congé de soutien familial pour prendre en charge un membre de sa famille handicapée ou faisant l’objet d’une perte d’autonomie.

Ces 3 congés sont des droits, ils ne peuvent être ni refusés, ni reportés par votre employeur.

Pour en savoir plus télécharger la brochure de l'UNAF.

 

Associations d'aide aux jeunes mères en difficulté

Quelques associations recommandées par les AFC pour aider et accompagner les futures ou jeunes mères en difficulté.

FEDERATION DES MAISONS TOM POUCE

L’association Maison Tom Pouce, apolitique et poly-confessionnelle, compte trois maisons agréées par les Conseils Généraux : deux dans la Sarthe et l’une en Seine-et-Marne. Elles accueillent et hébergent toute femme enceinte en difficulté, dès le premier mois de grossesse. Lieux de vie à caractère familial, elles leur offrent le calme et la sécurité pour les aider sur le chemin de la réinsertion.

 
LA MAISON TOM POUCE

BP 90, 77253 BRIE COMTE ROBERT Cedex
Tel : 06 19 82 71 10
Fax : 01 64 06 72 56

Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site web : www.lamaisondetompouce.fr


MERE DE MISERICORDE

Ecoute et aide matériellement, dans toute la France, des femmes enceintes, ou qui souffrent d’avoir avorté, ou leur entourage. Les réponses sont variées : accueil, hébergement provisoire, sessions « Revivre après l’IVG », témoignages auprès des jeunes, jeûne et prière…

MERE DE MISERICORDE

27, rue Saint Philomène – 31 400 Toulouse

Tél : 0800 746 966

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

http://www.meredemisericorde.org/

 
MAGNIFICAT – Accueillir la vie

L’association apporte une aide matérielle, morale et affective à des femmes enceintes en détresse. En 1990, elle a ouvert la Maison Magnificat en Touraine qui accueille des futures mères qui ont un projet de vie avec leur enfant malgré des conditions défavorables ou hostiles. L’ambiance familiale leur permet de retrouver une raison de vivre et d’envisager un avenir pour elles et leur bébé.

MAGNIFICAT – Accueillir la Vie

11 avenue des Martyrs–37 240 Ligueuil

Tél : 02 47 59 63 07

 
ASSOCIATION DES MAISONS BETHLEEM

Créée en 2003 à la demande de Monseigneur Rey, évêque de Fréjus-Toulon, l'association « Maisons Bethléem » accueille de jeunes mamans ou femmes enceintes célibataires en situation de précarité. Recherches d'emploi, conseils sur l'alimentation infantile, inscriptions aux crèches et écoles…: on les aide à effectuer leurs premiers pas de jeunes mamans.

Maisons Bethléem

25 rue de la glacière

83000 Toulon

Tél. : 06 76 73 41 47 / 04 94 24 97 10

http://www.diocese-frejus -toulon.com/maisons_bethleem.html


Maison de Marthe et Marie

L’association « la Maison de Marthe et de Marie » (association régie par la loi de 1901, statuts déposés en juillet 2010), a pour objet de venir en aide aux femmes enceintes en difficultés.

Le but est de leur proposer un hébergement dans un cadre familial (communautaire), constructeur et rassurant (5 femmes maximum hébergées simultanément). Ces femmes peuvent être hébergées dès le début de leur grossesse jusqu’aux neuf mois de leur enfant, selon le besoin de chacune.

57, cours du 14 juillet

78300 POISSY

www.martheetmarie.fr

 
Le Bercail

À Chartres la maison « Le Bercail » est un lieu de vie accueillant toutes les femmes en difficulté enceintes et/ou avec leurs jeunes enfants.

BP 30046

28001   CHARTRES Cedex

www.lebercail28.com/association.php

La famille, sanctuaire de la pauvreté !

cellule vitale de la société la familleEn cette période de crise économique se révélant également sociale et morale, permettez-moi de regarder ce moment de notre histoire sous l’angle de la forme de pauvreté qu’est le handicap !

La famille demeure et reste le premier lieu d’accueil du handicap. Cette pauvreté physique, mentale ou psychique y est souvent entourée, protégée afin d’en extraire la vraie richesse qui réside derrière les apparences sous l’angle de la dignité humaine. La famille est la seule base solide permettant d’épanouir nos vocations et d’y répondre librement. Elle est le seul lieu de vie où la diversité intergénérationnelle est aussi ample, incluant l’âge, le caractère, l’état physique, etc. Nous ne décidons dans nos familles que du choix de notre conjoint ! Nous y accueillons ce que la vie nous donne et nous sommes responsables des moyens choisis pour devenir ce que nous voulons être et donner le meilleur de nous-mêmes pour grandir en liberté.

Si la société introduit d’autres modalités dans l’accueil de la vie, si elle supprime le premier socle social de la diversité, elle transforme ce lieu de prévention de la pauvreté qu’est la famille en lieu d’exclusion.

L’autre devient objet. Nous n’en parlons jamais dans les graves divergences actuelles concernant la famille, mais ce sujet touchera inévitablement les plus fragiles, les plus pauvres… Les enfants, et encore plus violemment les enfants handicapés, risquent de payer les conséquences de ce déni de réalité. La famille est le premier lieu d'apprentissage de la fragilité qu'elle est invitée à protéger pour en tirer toute sa fécondité. Que serait une famille, si nous lui enlevons son premier rôle, qu'est la protection de la fragilité ? La force de la vie émerge dans les moments les plus fragiles. De la conception d'un nouvel être, où l'homme et la femme se donnent l'un à l'autre[,] dans leur nudité, jusqu'au dernier souffle rendu, accompagné par la main tenue d’un proche aimant. Dans une société de plus en plus violente et intrusive vis-à-vis des espaces privés, la famille doit préserver son identité sociale si nous ne voulons pas ouvrir la porte à une nouvelle barbarie. Cette institution doit rester le seul repère permettant à la personne de se construire avec ses forces et ses fragilités.


Jean-Baptiste Hibon
http://www.jbhibon.com/

Actualité La Croix