Back Vous êtes ici : Société Questions de société Fragilités et solidarités

Dépendances et nouvelles solidarités

Les AFC agissent pour la Quête pour la mère et l'enfant

stockvault mère enfant

Dimanche 27 mai 2018, les associations qui accueillent et aident les nombreuses mères ou futures mères en détresse en France vont bénéficier de la générosité de nombreux donateurs. Date symbolique, la Quête pour la mère et l’enfant se déroule chaque année durant le week-end de la Fête des mères, pour rappeler à celles qui se sentent oubliées qu’elles ne sont pas seules.

Depuis la première Quête en 1970, chaque année, sous l’égide de l’UNAF, de nombreuses AFC se mobilisent. En 2017, elle a permis de récolter près de 167 000 euros pour la cause de ces femmes en difficulté. Grâce à elle, les associations bénéficiaires peuvent agir concrètement et quotidiennement auprès des mères ou futures mères en difficulté. Chacune ayant une vocation bien précise, au niveau national ou bien local.

Pour la collecte 2018, elles seront une vingtaine à recevoir ces dons et à continuer ainsi d’œuvrer pour les mères ou futures mères en détresse. Elles en sont extrêmement reconnaissantes, car non seulement ces associations gagnent en visibilité et en reconnaissance, mais elles en voient les fruits au quotidien : des femmes qui se reconstruisent et des enfants qui trouvent un véritable épanouissement dans un foyer. Cette quête fait office de thermomètre. Elle récolte les impressions de la population, leur réaction favorable, hostile ou indifférente. Sous les porches des églises ou sur les marchés et autres lieux publics, l’objectif est d’aller à la rencontre, de nouer de véritables contacts avec un public qui n’est pas forcément sensibilisé aux difficultés des mères en détresse, de l’informer que des associations existent. La quête publique permet de donner un aspect concret à la culture de vie et d’apporter une aide réelle.
C’est un véritable service de proximité. Actuellement, près d’une quarantaine de fédérations AFC quêtent chaque année. L’objectif est de doubler ce chiffre d’ici quelques années.
Enfin notons le désintéressement des AFC mobilisées pour quêter au profit d’une cause qu’elles soutiennent sans condition, et récoltant des fonds pour d’autres associations qu’elles-mêmes.

Don de congés à un collègue : comment ça marche ?

enfant maladeLe don de jours de repos permet à un salarié de renoncer à certains congés pour les offrir à un collègue. Le collègue en question bénéficie alors d’une rémunération pendant son absence.

Peuvent bénéficier d’un don de jours de repos :
1. les salariés dont un enfant est gravement malade et qui ont besoin de s’absenter pour être à ses côtés.
2. désormais, comme adopté dans la loi du 13 février 2018, les salariés proches aidants de personnes en perte d'autonomie ou en situation de handicap.

Ce don est anonyme, et sans contrepartie.

Les journées de repos susceptibles d’être données sont : les RTT, les journées offertes par l'entreprise, les jours de récupération, les congés payés (seulement les journées non-prises au-delà de la quatrième semaine de congés pour un enfant malade, au-delà du 24ème jour de congé pour des personnes en perte d'autonomie ou handicap).

Ce dispositif vient compléter le droit du travail existant et les congés autorisés pour raisons familiales
En savoir plus (sur le site de legifrance)

Toit + Moi, un site pour mettre en relation étudiants et seniors

toit plus moiAfin de prévenir l’isolement des retraités, la Cnav (Assurance retraite) et ses partenaires ont développé une plateforme numérique qui met en relation des retraités, disposant d’une chambre libre, avec des jeunes Erasmus à la recherche d’un logement, chacun s’engageant à une bienveillance mutuelle, à des échanges à l’occasion de repas ou de sorties, par exemple.

Pour les seniors, ce dispositif permet une présence rassurante et une ouverture à une autre culture. Pour les jeunes, il supprime un frein à la mobilité en simplifiant l’accès au logement dans le pays d’accueil.

Il n’y aura pas d’engagement monétaire ou d’obligation de présence, uniquement une participation aux charges courantes (électricité, eau, internet, etc.) dans la limite de 150 euros mensuels. Un référent associatif accompagnera systématiquement le binôme.

Sur le 1er trimestre 2018, début du déploiement, les retraités intéressés devront résider à Bordeaux, Paris ou Lille, dans le prolongement d’une première expérimentation réussie lancée à Bordeaux en septembre 2017.
Voir le site Toit + Moi

Les AFC ont évoqué d’autres propositions intergénérationnelles de logement personnes âgées et jeunes comme www.ensemble2generations.fr, dans le N°169 (janv-fév 2017) de La Vie des AFC

Actualités des familles La Croix