Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Pouvoir d'achat Le rôle des antennes consommation des AFC

Le rôle des antennes consommation des AFC

Des compétences bénévoles au service des consommateurs.

Les antennes consommation de la CNAFC conjuguent à la fois la gratuité d’un service et l’action pour aboutir à une plus juste consommation. Il en existe plus de 25 en France dans lesquelles près de 50 bénévoles déploient leurs compétences juridiques et administratives.

Role des antennes conso AFC« Le rôle des antennes conso, c’est de s’occuper des difficultés des autres, de toutes les personnes qui ont pu être lésées », explique Laurent Wallut, chargé des antennes conso à la CNAFC. Les antennes conso permettent aux consommateurs d’être aidés et de faire entendre leurs voix. Ces derniers viennent demander un soutien parce qu’ils se retrouvent souvent démunis. Les bénévoles de ces antennes leur apportent une écoute, mais surtout des compétences pour traiter les dossiers.

Beaucoup d’empathie

Ces compétences sont souvent d’ordre administrative : « On demande à nos bénévoles d’être bien organisés et de bien collecter toutes les informations », ajoute Laurent Wallut. Ce bénévolat demande aussi beaucoup d’empathie.

Parfois des compétences juridiques peuvent être utiles : « Des notions juridiques sont un plus mais, par-dessus tout, le bon sens est indispensable tout comme une écoute attentive de l'adhérent », témoigne Thierry Canart de l’antenne conso de Saint Quentin. Xavier Lefebvre a mis gracieusement ses compétences d'avocat et ses connaissances à la disposition de l’antenne consommation de Château-Thierry. En soutien à ces compétences, les Centres techniques régionaux de la consommation (CTRC) apportent celles de nombreux juristes et professionnels de la consommation.

Un véritable lien de confiance

Les services des antennes consommation sont totalement gratuits (hormis le coût de l’adhésion à l’association ou une cotisation), ce qui est une obligation de la loi. « Notre activité est, en effet, purement bénévole et nous sommes heureux de proposer nos modestes compétences à toute famille qui rencontrerait une difficulté lors de l'exécution d'un acte de la vie courante, précise Thierry Canart. Si la famille n'est pas adhérente, cela pourrait être l'occasion de lui présenter l'association puis de lui proposer de souscrire. Mais, en aucun cas, cela ne doit être une difficulté car on peut toujours donner une information à la personne ».

Ces services sont ouverts à toutes les familles, même si elles ne sont pas catholiques. « Notre permanence limitée au 1er samedi de chaque mois, se tient au presbytère, pour témoigner de ce que l’Église est missionnaire et cherche à aider ceux qui traversent une phase difficile sur le plan matériel ou de leur vie familiale, conclut Xavier Lefèvre : situation de surendettement, de chômage, de conflit avec un professionnel ou une situation administrative compliquée… Ces consultations suivies permettent d’établir un véritable lien de confiance ».

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix