Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Sécurité domestique Chutes d’enfants par la fenêtre : les protections ne remplacent pas la vigilance

Chutes d’enfants par la fenêtre : les protections ne remplacent pas la vigilance

stockvault-fenetreLe printemps et les beaux jours arrivent et avec les premières chaleurs, les risques de chutes par la fenêtre augmentent.

La moitié des chutes d'enfants par une fenêtre ont lieu à partir de locaux disposant de protections, ou alors qu'un meuble ou un objet se trouvait sous l'ouverture selon une étude sur les défenestrations accidentelles d'enfants menée en 2013.

Quatre fois sur cinq, un adulte était présent dans le logement au moment de la chute.

Les chutes concernent surtout les enfants de moins de 6 ans (62%) et majoritairement les garçons (70%), comme c'était déjà le cas dans les enquêtes précédentes effectuées dans les trois mêmes régions en 2005 et 2006.

« Verrous, poignées verrouillables, entrebâilleurs, bloque-portes, et barrières qui font office de garde-corps... ne suffisent pas et ne remplacent jamais la vigilance d'un adulte », écrit l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) dans un communiqué.
L'Inpes réitère ses conseils de prévention, visant notamment à ne jamais laisser un enfant seul, ou sous la responsabilité d'un autre enfant ou adolescent, près d'une fenêtre ouverte ou sur un balcon.

Ne jamais laisser des meubles ou objets sous une fenêtre : les enfants peuvent s'en servir pour accéder à leur ouverture.
« Il faut se mettre dans la tête d'un enfant, il entend des bruits à l'extérieur et cherchera à voir ce qui se passe. S'il y a un conseil à retenir, c'est de ne jamais laisser un enfant seul quand une fenêtre est ouverte » rappelle Thanh Le Luong, directrice générale de l'Institut National de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).

La CNAFC agit pour la sécurité des familles. Chaque année des membres d'une famille, toutes générations confondues, sont victimes d'un accident de la vie courante. Dans de nombreux cas, des solutions peuvent exister.

La CNAFC a signé la charte de la prévention des accidents de la vie courante en mai 2009 et fait partie du Collectif inter associatif de Lutte contre les Accidents de la vie Courante (CLAC).

Brève sur le site de l'INPES

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix