Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Familles & Europe / FAFCE Journée internationale de la famille - Communiqué de presse de la FAFCE

Journée internationale de la famille - Communiqué de presse de la FAFCE

Berlin, le 15 mai 2009
A l'occasion de la journée internationale de la famille, la présidente de la Fédération Européenne des Associations Familiales Catholiques (FAFCE), Elisabeth Bussmann, a, dans une déclaration relative àla politique européenne, rappelé que l'Europe doit encore être mieux acceptée par les familles. Elle pourra l'être en affermissant son unité et en devenant plus concrète. [...]

Alors même que l'Union européenne n'aura pas à l'avenir de compétences particulières en matière de politique familiale, les décisions européennes ont déjà aujourd'hui une influence indirecte considérable sur les conditions de vie des familles. « Pour une vie de famille équilibrée, les familles ont à la foisbesoin de moyens financiers, de temps et de services qui leur sont adaptés. » C'est pourquoi,pendant la législation à venir, les directives européennes sur le temps de travail, sur la protection et le congé de maternité ainsi que celles concernant la TVA constitueront des sujets importants pour les familles. Si les associations familiales catholiques en Europe soutiennent la protection du dimanche non-travaillé à travers l'Europe c'est qu'elles désirent sauvegarder un héritage culturel important afin de garantir ce temps libre partagé par les enfants et leurs parents une fois par semaine. Et si elles appellent à une réduction de la TVA sur les produits pour enfants, c'est pour alléger les budgets des familles.

Alors que l'intégration européenne s'intensifie, il devient de plus en plus important de mieux distinguer les compétences propres aux différents échelons politiques en s'appuyant sur le principe de la subsidiarité. « On ne peut pas accepter que les efforts pour des normes européennes en matière de congé de maternité et protection de la mère remettent en cause les réglementations nationales les plus favorables déjà existantes » explique Madame Bussmann. Il convient également d'insister sur la responsabilité des collectivités régionales et municipales en matière de services rendus aux familles(gardes d'enfants, structure d'accueil des personnes âgées...), en particulier au regard du renforcement des services de proximité aux familles.

L'européanisation des politiques familiales comprend bien plus que les seuls aspects sociaux, en effetles aspects politiques sont également concernés.
Les associations familiales dénoncent la tendance qui consiste à considérer les familles uniquement dans une perspective « fonctionnelle » et à comprendre la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale comme un simple indicateur à une époque marquée par des interrogations sur la démographie. On perd ainsi de vue le rôle des familles dans la solidarité intergénérationnelle et par là le soutien dont elles ont besoin. « Nous nous félicitons de ce que les droits fondamentaux soient respectés et protégés en Europe. Néanmoins, nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que certaines tentatives de réduire des facteurs de discrimination peuvent avoir un impact dévastateur pour les familles. Il faudrait, au contraire, tendre vers la prise en compte des familles comme étant la richesse de l'Europe et éviter les visions pragmatiques de court terme qui réduisent le rôle fondamental de la famille dans la société ». Bien plus, la famille fondée sur le mariage représente une valeur sûre qui garantit une stabilité durable à la société, eu égard notamment au pluralisme desformes de vie commune actuel. Au-delà des discours solennels, il y a un besoin concret et réel d'action : « Les initiatives parlementaires qui réussiront à combattre la pauvreté et l'exclusion sociale afin de réduire la pauvreté des enfants et des familles seront la preuve d'une politique européenne crédible. »

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix