Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Instances de la politique familiale

Instances de la politique familiale

Politique familiale : le temps n’est-il pas venu d’une ambitieuse refondation ?

Communiqué de presse
Le Premier ministre a installé hier le nouveau Haut Conseil de la Famille (HCF). Dans son intervention, il a indiqué les grandes priorités de la politique familiale française pour les années à venir : revalorisation des aides aux familles les plus modestes, développement des services à la famille, accroissement des solutions d'accueil de jeunes enfants dans les zones en carence, activités périscolaires. Ces priorités sont " à concilier avec l'objectif de ramener la branche famille de la sécurité sociale à l'équilibre en 2016 ".

Pour les Associations Familiales Catholiques, ces priorités ne permettront pas à la politique familiale en France de retrouver sa légitimité et sa lisibilité. Pour atteindre cet objectif, une réflexion d'ensemble doit être menée sur son financement, l'articulation entre les mesures à caractère familial et celles à caractère social, à nouveau confondues jusque dans la lettre de mission du HCF où les aides aux familles sont présentées comme relevant de la " politique sociale ".

Seul un travail d'ampleur permettra de faire de la politique familiale une politique juste, lisible et efficace, c'est-à-dire qui réponde aux besoins des familles et lève les freins pesant sur le choix de fonder une famille, tout en prévenant les situations qui entraînent de fait une inflation préoccupante des interventions à caractère social.

Pour les AFC, les axes à creuser pour conduire une politique familiale dynamique sont :
- préserver et développer les dispositifs de prise en compte de la capacité contributive des familles (quotient familial, complément familial de retraite, progressivité du montant des allocations familiales),
- améliorer l'harmonisation entre vie professionnelle et vie familiale pour créer les conditions d'un véritable libre choix,
- développer les mesures en direction des jeunes, adaptées à leurs besoins, fonction de l'âge,
- pérenniser le financement de la politique familiale et conforter sa légitimité d'abord en revalorisant le travail, ensuite en adaptant les financements de la politique sociale et de la politique familiale à leurs objectifs respectifs : la première relève de la solidarité nationale, la seconde de la solidarité entre actifs.

Les AFC, membres du HCF, ont fait des propositions en ce sens, exposées notamment dans leur vade-mecum Reconstruire la politique familiale, publié en novembre 2012. Elles sont disposées à apporter toute leur contribution aux travaux à venir, notamment en étant force de proposition aux côtés du président du HCF, en coordination avec les autres membres.

Reconstruire la politique familiale : le nouveau vade-mecum des AFC

Communiqué de presse

Après Sortir des coûts du non-mariage et Comprendre l'Assistance Médicale à la Procréation, les AFC publient un troisième vade-mecum consacré à la politique familiale.

Selon l'approche de cette collection, cet ouvrage fait le point sur le manque actuel de lisibilité de la politique familiale, après un rapide aperçu historique et avant de proposer des voies possibles pour sortir de l'impasse dans laquelle elle s'est peu à peu trouvée en s'éloignant de ses principes fondateurs.

Ce vade-mecum offre des réflexions précieuses pour reconstruire la politique familiale et répondre ainsi effectivement aux besoins des familles. Il rappelle combien la famille est une " affaire publique " et un atout essentiel pour la société.

Ce vade-mecum est disponible dès à présent à la Confédération Nationale des AFC (28 place Saint-Georges, Paris 9ème, 01 48 78 81 61).
Reconstruire la politique familiale, 28 pages, 10€ les 25 exemplaires.

Collection Vade-mecum des AFC Les Vade-mecum ont été conçus pour être des outils de formation simples et pratiques : format poche, contenu synthétique dont les informations importantes sont mises en valeur.
Les propos et les argumentaires, documentés, s'appuient sur des études scientifiques, des rapports officiels, enrichis de l'avis d'experts si possible, et d'un travail de terrain (témoignages...).
Les études sont aussi exhaustives que possible. L'objectif est de faire le point, sous un angle original, sur des sujets précis, brûlants, et d'aborder les différentes facettes de thèmes de société " clés ", avec un propos atemporel, de fond.
Les Vade-mecum sont ainsi des outils de discernement, mettant en lumière les tenants et les aboutissants des sujets abordés tout en faisant, de façon explicite, des propositions d'alternatives

Education, mariage et politique familiale au menu de l’entretien avec Dominique Bertinotti

Antoine Renard, président de la CNAFC, accompagné de Pascale Morinière, vice-présidente, ont été reçus, à sa demande, par Madame Dominique Bertinotti, ministre en charge de la Famille, pour un tour d'horizon des sujets portés par le mouvement AFC.

Quelques jours après la remise du rapport du Centre d'Analyse Stratégique sur le soutien aux parents, les AFC ont mis en évidence l'existence en France de bonnes pratiques en la matière, dont les Chantiers-Éducation, proposition qui a retenu toute l'attention du ministre. Cette dernière partage, en effet, le constat des AFC suivant lequel les parents sont aujourd'hui plus désemparés que démissionnaires et qu'ils font face à des injonctions de toutes sortes qui mettent en doute leur confiance dans leur capacité à être les premiers éducateurs de leurs enfants.

Rappelant combien un enfant a besoin, pour grandir, de son père et de sa mère et que la stabilité conjugale, que favorise le mariage, est également un atout pour les enfants, les AFC ont souligné l'importance des besoins en matière de conjugalité (en référence aux propositions élaborées pour les élections 2012). Sur ce point, le ministre a développé les raisons qui conduisent le Gouvernement à vouloir ouvrir le mariage aux personnes de même sexe. Les AFC ont de leur côté exposé les arguments qui fondent leur vive opposition à ce projet :

- finalités du mariage telles qu'elles restent encore largement perçues dans la population,

- besoins des enfants d'un père et d'une mère, de stabilité... (besoins qui ne sont donc pas simplement fonctionnels) et donc injustice pour ceux qui se trouveraient dans une situation différente cautionnée par la loi,

- rôle de l'Etat et de la loi qui implique de traiter différemment des situations différentes, sauf à créer sur ce plan aussi des injustices...

Ont été évoqués les travaux réalisés par les AFC sur les coûts du non-mariage.

Enfin, l'entretien a permis un échange approfondi sur l'état de la politique familiale en France avec un constat partagé à la fois sur ses atouts et sur son manque de lisibilité. Sur ce plan, le ministre a écouté avec attention les propositions des AFC pour clarifier les dispositifs existant et notamment :

- prendre en compte la capacité contributive des familles en préservant l'utilisation du quotient familial

 - améliorer la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle pour créer les conditions d'un vrai libre choix des familles : la proposition, que portent les AFC depuis plusieurs années, de créer un congé parental fractionné permettant aux parents d'être présents aux différents âges de l'enfant a retenu toute l'attention du ministre,

- soutenir les initiatives locales de développement des possibilités de télétravail pour limiter les temps de déplacement travail-domicile en créant des centres de télétravail plutôt que le télé-travail à domicile,

- créer des structures intermédiaires encore écoles et crèches pour accueillir les enfants de 2 à 3 ans,

- pérenniser le financement de la politique familiale et distinguer le financement des mesures de politique sociale des mesures de politique familiale, les unes relevant de la solidarité nationale et donc de l'impôt, les autres de mécanismes de solidarité entre actifs, à commencer par les cotisations sociales.

Coup de cœur

Le sommeil ami de lhomme

Actualités des familles La Croix