Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat Le mariage est une institution protectrice de l’enfant.

Le mariage est une institution protectrice de l’enfant.

La différence de sexes est une condition de fond essentielle du mariage parce que le mariage est la première mesure de protection de l'enfant que le droit ait inventé : le mariage offre à l'enfant une filiation à la fois maternelle et paternelle, par le jeu de la présomption de paternité inscrite à l'article 312 du Code civil.

Le mariage est le cadre juridique pour la reproduction de l'espèce humaine, comme l'écrivait Portalis, rédacteur de notre Code civil. Les conditions impératives du mariage en découlent. Ce sont les mêmes pour tous, si bien que chacun est égal devant la loi du mariage. Il n'y a pas là d'inégalité ni de discrimination, ce que même la Cour EDH reconnaît.

Les conditions du mariage ont été pensées pour protéger au mieux l'enfant, en amont, de tous les risques d'abus dont il peut faire l'objet.

A ce titre, le mariage est une affaire d'Etat, pas une affaire de sentiments. Comme l'écrivait le doyen Carbonnier, le mariage civil et la République sont liés. Ebranler le premier revient à fragiliser la seconde qui doit reposer sur des règles acceptées par tous.

Actualités des familles La Croix