Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat PMA : Manœuvre dilatoire ou question profonde ?

PMA : Manœuvre dilatoire ou question profonde ?

Les annonces se sont multipliées ce week end à propos de l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP) dans le cadre du débat à l’Assemblée nationale sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples composés de personnes de même sexe.

Cette disposition, que les députés socialistes avaient pour projet d’introduire dans le texte en débat, doit finalement être intégrée dans un texte sur la famille. Annoncé pour mars, celui-ci pourrait être reporté, en attendant l’avis que doit rendre le Comité Consultatif National d’Ethique, saisi pour l’occasion.

Ce report signale une hésitation. Pour autant, s’agit-il d’une manœuvre tactique pour affaiblir une opposition qui grandit y compris dans les rangs de la majorité ou y a-t-il interrogation profonde sur la portée du texte ? Dans le premier cas, les tentatives précédentes ont montré que c’était un calcul infondé… Dans le second cas, il faudrait aller plus loin car c’est la logique même du texte que d’aller jusque-là, déjà du point de vue de ses plus farouches défenseurs.

Dans les deux cas, c’est la preuve que le sujet est grave, qu’il n’a pas été traité comme il se doit.

Ce projet de loi est mauvais. Il doit être retiré. Les dizaines de milliers de personnes qui sont à nouveau descendues dans la rue partout en France l’ont dit une nouvelle fois.

Le débat à l’Assemblée est bien avancé, déjà s’annonce celui au Sénat. N’hésitons pas à nous mobiliser auprès des sénateurs pour leur faire part des raisons de notre opposition.

Actualités des familles La Croix