19/05/2021

Les états généraux de la natalité (RCF)

À l’initiative du forum des associations familiales, le pape François et Mario Dragui ont ouvert les états généraux de la natalité en Italie.

Chronique des AFC sur RCF le mardi 19 mai

Les questions de natalité et de démographie sont revenues dans l’actualité de ce dernier week-end. De quoi s’agissait-il ?

En effet, tout d’abord des états généraux de la natalité ont eu lieu en Italie, à l’initiative du forum des associations familiales. Ces états généraux ouverts par le pape François et le président du Conseil, Mario Draghi, cherchaient à relancer la natalité face à l’hiver démographique du pays. Par ailleurs, François Bayrou, Haut-commissaire au Plan, recommande un « pacte démographique » pour prendre en compte la baisse de la natalité en France.

Si la situation est moins critique dans notre pays, qui garde le meilleur taux de fécondité européen avec 1,84 enfant par femme, c’est l’ensemble du continent qui est entré en recul démographique.

Des voix s’élèvent enfin pour prendre en compte ce problème et c’est une bonne chose !

Quelles sont les recommandations de François Bayrou ?

Il préconise de mettre en place une politique familiale qui permette aux gens d’avoir le nombre d’enfants qu’ils souhaitent. Ce chiffre est inchangé depuis 10 ans à 2,39 enfants par adulte. Ce qui signifie que chaque adulte aurait volontiers eu « un demi » enfant de plus s’il en avait eu la possibilité.

Pour François Bayrou, « assurer notre avenir démographique » pourrait se faire de deux manières : « avoir plus d’enfants ou accueillir des personnes d’autres pays ». Néanmoins, il reconnait que l’apport migratoire n’est « pas une solution d’évidence (…) parce que l’impact sur la démographie n’est pas immédiat et parce que cela présente des difficultés sociales et culturelles ».

Quelles seraient les mesures de politique familiale pour améliorer la natalité ?

La natalité a commencé à baisser en 2014 alors que le gouvernement avait raboté par 2 fois le plafond du quotient familial, ce qui revenait à augmenter les impôts des familles et d’elles seules ! Un comble ! Il faudrait ré-augmenter ce plafond et supprimer la mise sous conditions de ressources des mesures à caractère familial. Cela passe aussi par des congés parentaux plus adaptés et par une politique du logement favorable aux familles. L’Italie qui perd 200 000 habitants par an a pris une mesure forte : elle verse 250€ par mois pour tout nouvel enfant jusqu’à ses 21 ans.

Le pape appelle à « de vastes politiques familiales, non fondées sur le consensus immédiat mais sur le bien commun à long terme » Puissions-nous l’entendre !

Partager cet article
Actualité

Ces articles peuvent vous intéresser

Les actions européennes pour une politique familiale forte
La chute démographique fragilise la protection sociale à la française
Régionales 2021 : quelle politique familiale ?