Back Vous êtes ici : Société Questions de société Conjugalité/Couple L'infidélité comme bien de consommation...

L'infidélité comme bien de consommation...

Une campagne de publicité fait à nouveau l'apologie de l'infidélité conjugale et suscite des réactions vives.

De tels supports, au-delà de leur apparence, renvoient aux conceptions erronées de la relation et de la sexualité que véhicule la société contemporaine autant qu'ils les renforcent (et la fréquentation des sites concernés explose littéralement). Ici, la sexualité devient même un objet publicitaire...

Dans une interview donnée à Valeurs actuelles (9/22 août 2012), Pascale Morinière, vice-présidente de la Confédération nationale des AFC, soulignait que cette tendance constitue « le marqueur d'une société adolescente qui vit la transgression comme une expression de soi. Dans une société d'où le risque est banni, les époux, comme les jeunes, trouvent la prise de risque dans l'infidélité, la tromperie, le mensonge ». « Ces sites organisent une forme de prostitution mutuelle et consentie, poursuit Pascale Morinière. On y trouve l'apologie du non-lien, le corps considéré comme une vitrine, un support de la puissance, un objet de contemplation et de consommation, mais extérieur au moi profond ». Sans parler des conséquences sociales, économiques, psychologiques... de l'infidélité élevée au rang de bien de consommation...

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix