Enfants des ruptures familiales et pauvreté : un état des lieux

Coût des ruptures conjugalesL'INED publie de nouveaux chiffres qui rappellent que, si les effets des ruptures conjugales sont plus amples, 71% des 13,7 millions d'enfants mineurs que comptait la France en 2011, vivent avec « leurs deux parents biologiques », leur père et leur mère donc.

Un phénomène toujours plus massif ?

Ce constat posé, l'étude rappelle ainsi que « chaque année, près de 350 000 couples se séparent, dont la moitié a des enfants à charge. Et 10 000 couples ayant des enfants mineurs se défont du fait du décès du conjoint ou compagnon ». Ensuite, on apprend que 18% des enfants mineurs vivent dans un foyer monoparental, 7 % avec un de leurs parents et un beau-parent et 4 % au sein d'une famille recomposée avec des demi-frères ou demi-sœurs.

A l'appui du constat que la rupture conjugale est de plus en plus fréquente, les auteurs estiment la proportion d'enfants ayant vécu la séparation de ses parents :
- « 15 % des enfants de moins de 14 ans nés en 1975 ont vécu la séparation de leurs parents, toutes causes confondues (compris décès d'un des parents) ;
- 23 % pour la génération née en 1990 (proportion au dire des mères, les pères tendant à sous-déclarer les ruptures d'union) ».

Ils précisent pourtant que « la proportion d'enfant faisant cette expérience semble stagner au début des années 2000 ».

Quels coûts pour les ruptures conjugales ?

Une nouvelle fois, le lecteur aura la confirmation que « les séparations et ruptures d'union affectent les conditions de vie des familles et leurs enfants ». Qu'il s'agisse du lieu de résidence ou du taux de pauvreté, rien n'est plus « comme avant » !

Ainsi, dans :
- « 71 % de cas, la résidence est exclusivement confiée à la mère ;
- 13 % de cas, la résidence est exclusivement confiée au père ;
- 16 % des cas la résidence alternée est notifiée.
Toutefois, la résidence alternée ne concerne qu'une très faible minorité de l'ensemble des enfants mineurs : seulement 2,5 % en 2004 contre environ 1,3 % en 1986 ».

En matière de risque de pauvreté des enfants vivant avec des parents séparés, des différences fortes existent selon le mode de résidence. On observe « un taux de pauvreté de :
- 38 % pour les mères hébergeantes lorsqu'elles vivent seules
- 26 % pour les pères hébergeants lorsqu'ils vivent seuls
- 16 % pour les parents « hébergeants » après une remise en couple ».

Toujours sur le plan matériel, on apprend que
- « seules 28 % des familles monoparentales avec un enfant né en 2011 sont propriétaires de leur logement, contre 63 % des parents vivant en couple
- plus de 22 % des familles monoparentales déclarent d'avoir des difficultés à payer leurs factures, contre 9 % des parents vivant en couple ».

Enfin, on ne sera pas surpris de lire l'importance du travail pour prévenir la pauvreté : « La pauvreté des enfants est très liée à la situation de leur(s) parent(s) sur le marché du travail, d'autant plus s'ils ont un seul parent, donc un seul « apporteur » potentiel de ressources, ou s'ils ont de nombreux frères et sœurs, augmentant d'autant les besoins de consommation relativement aux ressources disponibles ».

Quelle réponse politique apporter ? Les politiques sociales semblent s'essouffler et peiner à compenser durablement les effets des situations décrites ici. N'est-il pas temps de relancer de véritables politiques préventives ? C'est un des objectifs majeurs de la politique familiale, une source de sa lisibilité aussi alors que les familles ont besoin de confiance.