Back Vous êtes ici : Société Questions de société Conjugalité/Couple Hausse des divorces par consentement mutuel, un coût pour les familles ?

Hausse des divorces par consentement mutuel, un coût pour les familles ?

En 2007, 134 000 couples ont divorcé, alors que 273 000 mariages ont été célébrés au cours de la même année. En parallèle, on assiste à une hausse importante du nombre de divorces par consentement mutuel. Ceux-ci sont passés de 41 % en 1996 à 55 % en 2007. Une augmentation qui ne reflète pas forcément une réalité plus simple ou amiable pour les couples et familles concernés. En effet, des analyses récentes montrent que cette option est souvent choisie par une forme d'opportunisme économique dans le contexte actuel de crise économique et financière. Or, cette procédure laisse moins de place au juge qui est le garant de l'équité et qui contrôle l'équilibre de ce que les époux ont décidé pour eux-mêmes et pour leurs enfants. De plus, la séparation des époux les place souvent dans une situation plus précaire qui illustre les « coûts du non-mariage » (problèmes de logement, qui sont particulièrement présents dans la capitale où un couple de divorcés sur deux fait une demande de HLM, ...).

Face à ces détresses, il convient de rappeler que le mariage, union d'un homme et d'une femme, reposant sur leur engagement public devant la société, sert le bien commun et favorise la protection du plus faible au sein du couple et de la famille. Simplifier davantage la rupture du mariage conduit à affaiblir sa dimension institutionnelle et sa valeur sociale et a donc un impact négatif sur le mariage.
Ces tendances montrent, plus que jamais, l'importance d'accompagner les couples vers leur engagement et dans leur vie de couple. Le mariage demeure la plus belle des promesses, une promesse qui mérite d'être valorisée !

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix