Le "Genre" arrive à l'école, parents êtes-vous informés ?

Les parents sont les premiers et principaux éducateurs de leurs enfants. Le premier lieu où s’exerce cette primauté éducative est l’école.

Si le mot « Genre » n’est pas dans la loi de refondation de l’école, cette perspective inspire, à la rentrée 2013, plusieurs initiatives et évolutions dans le cadre scolaire. Elles sont à considérer comme autant d’actions pour atteindre l’objectif de « changer les mentalités en s’appuyant sur la jeunesse ».

Comment, tout en restant ces « premiers éducateurs », les parents peuvent-ils être force de propositions positives au sein de l’école de leurs enfants ? Comment être parents d’élèves à l’heure de l’arrivée du « Gender » à l’école ? Qu’est-ce que le « genre » ? Sous quelle forme se présente-t-il à l’école ? Que révèle-t-il ?  Que pouvons-nous proposer ? Voilà quelques questions auxquelles les AFC entendent apporter des réponses.

Le « Genre » à l’école

Télécharger le tract

 

Back Vous êtes ici : Education Agir Le "Genre" à l'école CNAFC editorial

editorial

Les troubles auditifs ne sont plus réservés aux personnes âgées.

Ecouteurs et casques3 jeunes sur 4 souffrent de troubles auditifs

Ecouter de la musique en montant le son trop fort n'est pas sans risque pour nos oreilles. Une étude Ipsos a été réalisée à l'occasion de la douzième édition de la Semaine du son, qui se déroulera du 19 au 25 janvier à Paris et jusqu'au 8 février partout en France.

Elle porte sur le rapport des jeunes au son et indique qu'ils sont bien conscients des risques (pour 98 % d'entre eux) mais qu'ils ne se protègent pas suffisamment. Seuls 21 % d'entre eux déclarent s'éloigner systématiquement des enceintes lors des concerts, 3 à 4 % utilisent des bouchons d'oreilles et 10 % font des pauses régulières quand ils écoutent de la musique au casque. Résultat, plus des trois quarts des 15-30 ans ont déjà ressenti des troubles auditifs comme des acouphènes (bourdonnements ou sifflements dans les oreilles) ou une perte d'audition à la suite d'une forte exposition sonore.

En tant que parents, sensibilisons nos enfants à de bonnes pratiques d'écoute au casque : « Pas trop fort, pas trop souvent, pas trop longtemps. »

En savoir plus

Les voeux du président

Voeux de la CNAFC 2015Chers amis,

En ce mois de janvier, je tiens d'abord à vous présenter tous mes vœux pour 2015, en particulier pour une vie familiale toujours plus belle, toujours plus joyeuse qui puisse rayonner autour de vous !

La fin d'année dernière a pu sembler difficile, comme marquée par un sentiment d'échec : partage obligatoire du congé parental, mise sous condition de ressources des allocations familiales, remise du rapport Claeys-Léonetti sur la fin de vie, validation par le Conseil d'État de la circulaire Taubira sur la GPA... Et les événements tragiques de ce début d'année peuvent renforcer ce sentiment.

Pourtant les nombreux défis qui se présentent encore ne doivent pas nous décourager, mais au contraire nourrir notre détermination. D'abord, il ne faut pas croire que nos actions soient stériles : les choses bougent; pas toujours aussi vite que nous le voudrions; et pas toujours comme nous le pensons nécesssaire... Mais finalement dans le bon sens soyons en surs. Par exemple sur le versant politique familiale, de nombreux parlementaires ont réagi à nos interpellations sur les allocations familiales et le congé parental. Ils seront autant de contacts positifs à entretenir et à développer dans les mois qui viennent. Qui plus est notre mobilisation est une des condition de la transmission à nos enfants des valeurs qui feront demain leur bonheur, quelles que soit celles de la société.
Je vous exhorte donc à vous mobiliser sur l'avctualité, la fin de vie, puisqu'une loi nous est annoncée pour le premier trimestre 2015. Nous devrons rester très vigilants lors des débats parlementaires sur les amendements qui seront déposés, et continuer à informer et alerter sur les dangers d'une légalisation progressive de l'euthanasie.

C'est dans cet esprit que je vous invite à participer massivement à la prochaine Marche pour la Vie qui aura lieu le 25 janvier à Paris.

Par ailleurs, dans le prolongement du Synode Extraordinaire sur la Famille, les mouvements familiaux sont invités à approfondir les conclusions des Pères Synodaux. Des membres du bureau se rendront à Rome du 20 au 24 janvier prochain, afin de participer au congrès organisé par le Conseil Pontifical pour la Famille. Mais chacun d'entre vous doit aussi avoir à coeur cet approfondissement indispensable pour soi, pour nos enfants et pour tous les français.

Cette nouvelle année est donc à aborder avec confiance : confiance face aux défis qui nous sont lancés, mais aussi confiance dans notre capacité à y faire face et à les surmonter.
Car nos familles font déjà des merveilles, chez elles, dans nos associations, dans les UDAF, etc. pour répondre aux défis nouveaux qui se présentent jour après jour sur la route de l'approfondissement de l'humanité.
Mais cette confiance est aussi une grâce à demander et à recevoir. Ce sont des vœux de confiance que je formule pour notre mouvement.

Belle et heureuse année dans la confiance !

Jean-Marie Andrès
Président

le mot du président - novembre 2008

La crise.

D'abord rampante, aujourd'hui galopante, la crise se répand désormais sur toute la planète et l'homme redécouvre que ses inventions qu'on disait les plus prometteuses peuvent se retourner contre lui ;
Difficile de dire des choses utiles et sensées, tant la suite reste imprévisible ; pourtant quelles remarques s'imposent :
- Elle frappe et va frapper de façon inégale et forcément très injuste, et appelle la conscience de chacun dans ses capacités de générosité et de partage.
- Elle conduit à remettre en cause l'appréciation des modèles de développement sur leur seule capacité à créer de la richesse matérielle, fût-elle hypothétique, sans limite et sans sagesse, sans règle et sans éthique ;
- Elle exige une concertation planétaire, que permettent heureusement les structures de coopération difficilement élaborées depuis un siècle.
- Elle permet l'expression d'une parole plus libre, la crise, qui n'est pas que financière ou économique bousculant quelques tabous.

Nous sommes, à notre place, provoqués à parler et agir :
Pour porter la voix des familles dans la crise
Eviter que la famille ne fasse les frais des solutions à trouver, alors qu'elle est au contraire un élément capital de la confiance qui manque
Relire et travailler l'enseignement de l'Eglise, en ouvrant par exemple le Compendium aux articles 369 et 369, dont on aurait mieux fait d'entendre les appels prémonitoires :
« le développement de la finance risque de suivre une logique toujours plus autopréférentielle, sans lien avec la base réelle de l'économie »
« la prolifération rapide de nouveaux instruments financiers sophistiqués rend on ne peut plus urgent de trouver des solutions institutionnelles »

Bonne lecture et bon courage.
Antoine Renard

Téléchargez le tract

Téléchargez le tract pour le diffuser autour de vous par mail ou pour l'imprimer et le diffuser dans votre quartier, à la sortie de la messe ou de l'école.

Pour aller plus loin

Les AFC ont rédigé une version longue du tract le "Genre" à l'école.

Vous pouvez le consulter ici.

Commander la brochure AFC

brochure AFC 12 questions avant de parler de sexualité

Groupe Facebook des AFC

groupe facebook esprit de famille

Lucas ou l'aventure de la vie

Livre pour parler d'amour et de sexualité aux enfants

Coup de cœur

Le sommeil ami de lhomme

Education affective et sexuelle

Couverture de la vie des AFC 149 - Education à la vie affective et sexuelle

Actualités des familles La Croix