06/10/2021

Baby-sitting : une belle occasion de croissance

Le baby-sitting peut être une aide précieuse pour les parents, mais aussi une source d’anxiété. Voici quelques conseils pour qu’il se pratique d’une manière sereine.

Le baby-sitting est une garde d’enfants occasionnelle, ou régulière pour les trajets d’école, les repas, etc. L’âge minimum légal pour s’occuper d’enfants est de 16 ans. Néanmoins, des conditions existent pour un jeune de 14 ans. En deçà, légalement, le baby-sitting est impossible.

Nul besoin de posséder un diplôme, mais il est indispensable de savoir se débrouiller pour faire face aux sollicitations et besoins des enfants. L’expérience auprès de sa fratrie ou un précédent auprès d’une autre famille rassurent les parents employeurs. Un peu de maturité, le sens des responsabilités, une bonne dose de patience, d’organisation et de créativité sans oublier douceur et fermeté sont des ingrédients essentiels. Renseignez-vous, certaines AFC (Côte Basque, Chartres…) proposent, outre la mise en relation de parents et de baby-sitters, des formations pour les jeunes.

Une occasion aussi de rendre service

Certains parents annonceront un tarif à un baby-sitter, d’autres lui demanderont de fixer le sien. S’il n’y a pas de règle, il est cependant indispensable d’être juste et d’accord sur le principe au préalable. Ce sujet, parfois délicat, peut aussi être pour le jeune une occasion d’éducation à l’esprit de service. À 16 ans, un baby-sitting peut aussi être l’occasion de rendre service en se contentant de ce que l’on recevra, voire ne rien recevoir du tout ! À titre indicatif : de 5 à 12 euros de l’heure. Attention cependant aux éventuels abus !

L’entourage proche et/ou la recommandation sont les plus sûrs moyens pour trouver un/une baby-sitter. N’oublions pas non plus que les parents des baby-sitters ont eux aussi besoin d’être rassurés! Il est important de bien convenir des attentes des parents employeurs: préférence d’une fille ou d’un garçon, âge minimum, tâches à effectuer, prise de repas, rémunération, raccompagnement, etc. Les parents de baby-sitters débutants peuvent aussi l’accompagner et participer avec lui au contrat tacite établi avec la famille demandeuse.

Quelques conseils

De nombreux conseils pratiques existent sur internet pour organiser un baby-sitting. Cependant trois aspects éducatifs concernant le baby-sitter y sont peu abordés :

  • Ajuster une éventuelle sanction envers un enfant gardé en fonction des habitudes et de l’éducation de la famille.
  • Ne pas se laisser absorber par les écrans. Avec la présence constante des écrans chez les jeunes, il peut être tentant de se laisser capter par Facebook, Twitter, Tik Tok… La priorité absolue: veiller sur les enfants !
  • Veiller à ranger le désordre des enfants fait aussi partie du jeu. Ranger la cuisine pourra toujours faire plaisir aux parents à leur retour ! Comme à la maison…

Le maître mot d’un « bon » baby-sitting : la confiance et le dialogue. Plus les règles auront été claires en amont, moins les incidents et les déceptions seront à craindre !

Partager cet article
Actualité

Ces articles peuvent vous intéresser

Les différents modes de garde pour les enfants
Faut-il donner des tâches quotidiennes à mes enfants ?