Bannière manif 19 janv site

Back Vous êtes ici : Société Agir La bioéthique en question Recherche sur les cellules souches et sur l’embryon

Les cellules embryonnaires sont appelées « cellules souches » car elles ont la faculté de fabriquer toutes les autres cellules du corps humain pour constituer les différents membres, organes et tissus. Il y a également des cellules souches adultes provenant du corps humain adulte qui peuvent fabriquer un grand nombre d’autres cellules.

La recherche sur les cellules souches embryonnaires nécessite le prélèvement de cellules sur l’embryon, ce qui implique la destruction de l’embryon, puis ces cellules sont mises en culture. Sont utilisés pour cela soit les embryons dits « surnuméraires » issus de la fécondation artificielle, soit des embryons produits par fécondation in vitro (interdit en France), qui sont ainsi considérés comme matériau d’expérimentation. En revanche, l’utilisation de cellules souches adultes ne pose pas de problème éthique.   

Selon la loi de bioéthique de 2004 la recherche sur l’embryon est interdite mais autorisée à titre exceptionnel dans une durée limitée de cinq ans sur des embryons surnuméraires sans projet parental.



Les questions posées dans le cadre des Etats généraux :
- La recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires : faut-il l'interdire (loi de 1994) ?
- Faut-il l'interdire avec autorisation dérogatoires délivrées par l'Agence de la biomédecine (loi de 2004) ou la permettre avec un régime d'autorisations délivrées par l'Agence de la biomédecine (réexamen possible de 2009) ?

Formation

Formation Grandir et Aimer 2018 500x419

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix