Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat Mariage pour tous : le regard d'un maire

Mariage pour tous : le regard d'un maire

"Ma position sur le mariage homosexuel est très claire : j'y suis totalement opposé, c'est un projet qui va à l'encontre de ma conscience.
Pour moi, le mariage est un engagement entre une femme et un homme qui ont un projet de vie commun qui doit normalement déboucher sur la création d'une famille naturellement constituée. Il faudrait, changer le code civil, oui, pour préciser la formulation en ajoutant « entre un homme et une femme ». La législation a mis en place, via le PACS, des dispositions juridiques pour les personnes de même sexe leur garantissant des protections financières, sociales, fiscales... qui me paraissent largement suffisantes. Mais s'ils s'aiment, me dira-t-on ? Lorsque je célèbre un mariage, en tant que maire, et aux yeux de la loi, je ratifie non pas des sentiments, mais un engagement mutuel qui repose sur des droits et des devoirs : assistance et respects mutuels, partage des tâches, solidarité...

De plus, je considère que le projet de mariage homosexuel est une dégénérescence sociale car il peut déboucher sur l'adoption d'enfants par deux personnes du même sexe, ce qui me semble totalement contre nature, contrairement à ce que nous annoncent nos médias habituels. On ne peut pas banaliser le fait que des personnes de même sexe puissent adopter.

En tant que maire, je refuserai de célébrer un « mariage » homosexuel par conscience personnelle, quitte à remettre ma démission. Je ne pourrai pas me contenter d'en reléguer la célébration à mes adjoints, ce serait se débarrasser du problème. "

Jean-François Houette

maire de Mont l’Evêque (Oise)

Actualités des familles La Croix