Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat Contre le projet de loi sur le mariage, la mobilisation continue auprès des parlementaires

Contre le projet de loi sur le mariage, la mobilisation continue auprès des parlementaires

De nombreux parlementaires ne se sont pas encore prononcés sur cette grave question. Les récents débats sur l’accès à l’AMP qui confinent à la surenchère attestent que certains hésitent, y compris dans la majorité. Les démarches conservent leur pertinence.

Auditionnée le 20 novembre par Erwann Binet et Corinne Narassiguin, la CNAFC a adressé sa contribution à l’ensemble des parlementaires.

Elle y rappelle que le projet de loi « ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe » aura, s’il est adopté, deux conséquences majeures :

-          Diluer la signification sociale du mariage, souvent implicite mais largement partagée ; un sens auquel les Français tiennent puisqu’ils font la démarche d’aller devant monsieur le Maire même quand ils sont pacsés,

-          Soustraire la société de sa responsabilité vis-à-vis des enfants en élargissant les critères d’adoption et trahir le projet implicite des parents disparus alors qu’ils comptaient sur l’État pour protéger leurs enfants au travers du droit de l’adoption.

Actualités des familles La Croix