Back Vous êtes ici : Société Questions de société Conjugalité/Couple La Boutique de l'Orfèvre : rencontre avec Moana Ferré

La Boutique de l'Orfèvre : rencontre avec Moana Ferré

Moanna Ferré interprète le personnage de Thérèse dans l'adaptation de la Boutique de l'Orfèvre. Elle nous livre ici son témoignage



1/ Qu'est-ce qui vous a conduit à nouveau à participer à cette aventure ?

Paul de Larminat m'a demandé de remplacer le rôle de Thérèse peu de temps avant le tournage...J'ai relu le texte avec Beaucoup d'émotion, me rendant compte qu'il "résonnait" toujours en moi...Alors, j'ai dit "oui"!

2/ Que retenez-vous de cette semaine de tournage ?
Cette semaine de tournage a été une "parenthèse enchantée": Un accueil si chaleureux du théâtre, du maire et de ceux qui se sont occupés de nous à Autun, à tel point qu'on s'est tous dit "c'est la ville des gens gentils!" En plus du fait d'être une magnifique cité...Rencontre avec Monseigneur Rivière, un homme admirable, il m'a fait le plus beau des cadeaux, c'est entre nous, mais ça restera pour moi un souvenir très fort et je le remercie de tout mon cœur... Les religieuses qui l'entourent respirent la joie, ça m'a enlevé des fausses croyances, c'était beau à voir. Et puis surtout des vraies rencontres au sein de l'équipe, beaucoup de "tolérance" face au chemin spirituel ou non de chacun, des chants tard le soir autour du meilleur des cuisiniers, beaucoup de blagues et de rire aussi !

3/ Que retenez-vous du personnage (épouse et mère) ?
Thérèse est pour moi au début de la pièce une jeune femme à la fois lumineuse, joyeuse, avec beaucoup d'humour et de légèreté tout en étant en proie au questionnement sur l'amour, sur "les appels qui ne peuvent pas toujours être entendu"...Elle est patiente, à l'écoute d'André ("J'ai senti ta vérité, le conflit dans lequel tu vis. Le conflit entre ton désir de bonheur et les possibilités humaines d'y parvenir") Avec André, elle partage une haute idée de l'amour humain ! Quand il meurt à la guerre, elle continue à communiquer avec lui. Parfois dans la lumière, parfois elle dit: "Tu ne sais pas combien est terrible l'angoisse qui a frontière avec l'espoir."

Elle accompagne son fils tant bien que mal: "Ton amour pour moi le fort mais faible aussi, l'amour pour un absent le hante." "Leur vie - c'est effrayant à constater - est la véritable mesure de notre œuvre et de notre souffrance." "Notre amour en tout cas, était plus fort que l'angoisse. " Elle se pose des questions en tant que mère sur comment amener son fils vers sa propre liberté...

4/ Pour vous quelle est la portée de cette œuvre ?
Je dirais une autre réplique: "C'est de l'amour que dépend l'avenir!"

5/ En regardant le film, en tant que public, comment percevez-vous la pièce ?
C'est un texte très très dense...Il faudrait l'entendre plusieurs fois...Chacun peut en retirer quelque chose je pense...Même si j'entends et je comprends les réticences de ceux qui n'ont pas de chemin spirituel ou d'envie de mariage...Mais dans chaque religion ou même dans l'athéisme, il y a une quête de l'amour au sens le plus large du terme, je crois...

 http://www.moanaferre.com/

Article paru dans La vie des AFC 138


Sony product: 37282



Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix