Back Vous êtes ici : Société Questions de société Bioéthique/Ecologie de l'homme

Bioéthique

L'écologie de l'homme, c'est tout d'abord le respect de la vie de la conception à la mort naturelle, l'affirmation de la dignité intrinsèque liée à la nature de l'homme et non à ses performances, l'affirmation de son intégrité physique (le corps ne peut donner lieu à des transactions commerciales), le respect de la complémentarité entre l'homme et la femme, la dignité de ses conditions de vie.

En savoir plus

NON à la GPA ! La mobilisation continue le 21 juin

Fotolia GPACommuniqué de presse :

Les AFC poursuivent leur mobilisation en soutenant encore les deux propositions de lois visant à maintenir fermement l’interdiction de la GPA en France.

Jeudi 16 juin dernier, lors de l’examen des textes à l’Assemblée Nationale, les AFC ont manifesté et pris la parole devant des milliers de participants, aux cotés des parlementaires et de nombreuses associations déterminées. Cette action a été un succès dans la rue !

Les députés voteront ces textes demain mardi 21 juin ; la mobilisation continue !
A Paris, rendez-vous à 12h30, métro Invalides.


« Au commencement, il y a un désir, le désir d’avoir un enfant, d’être père ou d’être mère. Ce désir est naturel. Et ce désir n’étant pas comblé, y succède la souffrance.
Mais la fin ne justifie pas les moyens !

G.P.A., derrière cet acronyme froid se cachent deux réalités sordides :

- La fabrication d’un enfant en vue de son abandon, d’un abandon programmé, comme un bien est commandé, fabriqué, cédé, livré au titre d’un contrat de vente. La vente d’enfants ! La traite d’enfants !

- L’aliénation du corps d’une femme, l’aliénation d’une femme, souvent miséreuse, toujours dans le besoin, pour la satisfaction d’un couple de clients, de riches commanditaires.

Et il est tout de même effrayant qu’en France, dans la patrie des droits de l’Homme, en 2016, nous ayons à manifester pour que cesse une telle pratique qui est, certes, illégale en droit français mais dont on reconnaît pourtant les effets juridiques !

En clair, des enfants sont fabriqués par des femmes étrangères, réduites à leur matrice, pour répondre aux commandes de couples acheteurs français qui violent, impunément, la loi française et demandent ensuite la reconnaissance de leur méfait.

C’est le règne marchand. Avec son entrée de gamme, l’Indienne, son milieu de gamme, l’Ukrainienne, son haut de gamme, l’Américaine.

Enfin, la GPA gratuite étant illusoire, la GPA dite  « éthique » est au fond la même chose qu’un esclavage « éthique » ou une prostitution « éthique » : une expression parfaitement contradictoire !

Cette bataille, il nous faut, tous, députés, magistrats, citoyens, de droite ou de gauche, la livrer, sans relâche, pour les enfants et pour les femmes, pour les femmes de tous les pays.

C’est l’honneur des députés de la soutenir et de la voter. »

Extrait de l’intervention de Bertrand LIONEL-MARIE, responsable national aux AFC du secteur « Bioéthique », lors de la manifestation à Paris le 16 juin 2016.

GPA : le 16 juin, tous mobilisés !

Communiqué de presse

Parce que la femme ne peut être exploitée ! Parce qu’un enfant n’est pas une marchandise !non a la GPA

Déposées depuis plusieurs mois, deux propositions de loi seront discutées à partir du jeudi 16 juin à l’Assemblée Nationale pour lutter contre la GPA.

La première, présentée par Valérie Boyer et plus de 40 députés, vise à lutter contre le recours à une mère porteuse, en prévoyant d’aggraver le délit et de condamner ceux qui cherchent à contourner la loi française.

La seconde, présentée par Philippe Gosselin et près de 70 députés, vise à inscrire dans le premier article de notre Constitution le principe d’indisponibilité du corps humain.

Les AFC, La Manif Pour Tous, le CPDH, les Maires pour l’Enfance, l’Appel des Professionnels de l’Enfance et l’Agence européenne des adoptés appellent à une mobilisation massive le 16 juin dans la rue pour soutenir le vote de ces nouvelles lois.

Le 16 juin à Paris, rendez-vous à 19h00 au métro Duroc.

En régions, trouvez la mobilisation près de chez vous.

Avortement : toujours plus !

echographieCommuniqué de presse

La litanie promouvant « le tout IVG » continue obstinément : remboursement à 100% (2013), suppression de la « condition de détresse » (août 2014), élargissement du « délit d’entrave » (août 2014), affirmation d’un prétendu « droit fondamental » à l’avortement (novembre 2014), élaboration d’un « Programme national d’action » (janvier 2015), suppression du « délai de réflexion » de 7 jours (janvier 2016).

Le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé prévoit désormais la prise en charge à 100%, outre de l’IVG proprement dite, du parcours IVG (consultations, examens de biologie médicale, échographies pré et post IVG…) à compter du 1er avril 2016.

Ainsi, les échographies des femmes décidant de mettre fin à leur grossesse seront mieux remboursées que celles des femmes choisissant de porter leur enfant à terme, les deux premières étant remboursées à 70% !! Quelle est la validité d'un remboursement différencié alors que dans les deux cas les femmes sont enceintes ?

La mesure paraît tellement absurde que l’on pourrait même penser, si la question n’était pas si grave, à un mauvais poisson d’avril… Ce « choix » unique de l’avortement, dicté par une politique sourde, appuyée par une communication univoque qui refuse toute interrogation, toute réserve…, pourtant propres à une société démocratique, est-il vraiment de nature à permettre un « choix », libre et éclairé, pour les femmes ? Une politique de santé peut-elle, aussi, continuer à passer sous silence, « comme quantité négligeable », le sort des 220 000 enfants à naître qui, chaque année en France, ne voient pas le jour ?

Les AFC sont convaincues qu’une autre politique de santé publique est possible :

- Rembourser aussi à 100% les femmes qui font le choix de mener à terme leur grossesse !
- Développer une véritable politique publique de prévention contre le drame de l’IVG : éducation affective et sexuelle, identification des populations à risque et développement des aides dans leur direction (aides sociales, aides au logement, aides pour l’accueil de l’enfant...)

Les AFC remarquent que d’autres pays européens parviennent à faire baisser leurs taux d’IVG (Allemagne moins de 100 000 avortements pour 80 millions d’habitants). A l’approche d’échéances électorales majeures, les AFC interpelleront les candidats sur les mesures qu’ils prévoient de prendre à ce sujet. La situation où une grossesse sur 5 aboutit à un avortement ne peut perdurer dans notre pays.

Actualité La Croix