Back Vous êtes ici : Société Questions de société Bioéthique/Ecologie de l'homme

Bioéthique

L'écologie de l'homme, c'est tout d'abord le respect de la vie de la conception à la mort naturelle, l'affirmation de la dignité intrinsèque liée à la nature de l'homme et non à ses performances, l'affirmation de son intégrité physique (le corps ne peut donner lieu à des transactions commerciales), le respect de la complémentarité entre l'homme et la femme, la dignité de ses conditions de vie.

En savoir plus

L’embryon n’est pas un matériau de laboratoire

Après avoir été votée par le Sénat, la recherche sur l'embryon doit être débattue à l'Assemblée nationale à partir du 28 mars.

 En plein débat sur le mariage, il y a là une opportunité de rappeler que la dignité de la société tient en sa capacité à protéger le plus faible. La recherche sur l’embryon doit être combattue et nous comptons sur vous pour interpeller vos députés. Vous trouverez ci-joint un modèle de lettre à leur envoyer de manière urgente en le personnalisant.

 Il convient également de se préparer à défendre la dignité et le respect de la personne humaine en refusant tant l'assistance médicale à la procréation (AMP) pour les femmes homosexuelles que la gestation pour autrui (mère porteuse). Ces débats approchent : ils sont la suite logique du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe (si il est adopté). Il y aura aussi à se mobiliser pour faire barrage à toute tentative en direction de l’euthanasie.

Restons donc fortement mobilisés pour les mois à venir.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Recherche_sur_embryon_lettre_députés.doc)Recherche_sur_embryon_lettre_députés.doc[Lettre pour votre député]22 Ko

Accueil de la vie et des fragilités : toujours au cœur de l’actualité

Le colloque international de bioéthique s’est tenu pour la 9ème fois à Paray-le-Monial du 9 au 11 novembre sur le thème « la vie, un droit, un don ? » Comme toujours ce colloque est au cœur des problèmes de société qui nous sollicitent en permanence.

Ce fut l’occasion de très beaux témoignages sur l’accueil de la vie, de la vie avec ses imprévus, ses souffrances, mais aussi du respect de la vie, que l’on ne fabrique pas à n’importe quel prix, de la vie qui se refuse à venir et qui conduit à l’accueillir autrement.

Ce respect de la vie est fragile et l’actualité politique nous le rappelle fréquemment en ce moment :

Vote par le Sénat dans la nuit du 4 décembre d’un amendement tendant à modifier la loi relative à la bioéthique du 7 juillet 2011 pour faire passer la recherche sur l’embryon d’une interdiction avec dérogations à une autorisation encadrée.

 L'article 46 de la loi de juillet 2011 garantissait pourtant que « tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société soulevés par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé (devait) être précédé d'un débat public sous forme d'états généraux ». Par ailleurs, sans éléments nouveaux, cette loi devait faire l'objet d'une révision tous les 7 ans. S’agit-il d’un point sans importance qui ne nécessite aucun débat, juste une séance de nuit de 2 heures, à la sauvette ? Quels éléments nouveaux, quel progrès de la science justifient cette révision ?  On pouvait au contraire penser qu'après l'attribution du prix Nobel de médecine attribué au Professeur YAMANAKA les progrès de la science s'orienteraient vers les cellules IPS, pour lesquelles la France a pris beaucoup de retard.

 Enfin, avant les vacances, c’est la remise du rapport du Pr SICARD  sur la fin de vie. Celui-ci reste ferme sur l’euthanasie active, mais ouvre la porte de l’assistance au suicide en fin de vie. La loi pourrait donner au médecin la possibilité de  prescrire des substances létales sans être poursuivi pour non-assistance en danger. Il ne s’agit pas là d’une demande à ne pas souffrir, à laquelle la loi Léonetti a répondu, mais de la volonté réclamée par l’homme de décider du moment de sa mort.

Téléthon 2012 : A quand la possibilité de choisir une destination éthique des dons ?

Communiqué de presse
Le Téléthon est chaque année l’une de ces manifestations de solidarité encourageantes dont sont capables les Français.

La CNAFC rappelle cependant l’importance de jouer la transparence vis-à-vis de la famille de malades et des Français.

 En particulier elle tient à souligner que les enfants indemnes présentés aux familles comme un « un espoir et comme la vie qui reprend le dessus » sont issus d’un processus de sélection embryonnaire, et que leurs embryons frères et sœurs, handicapés, ont, eux, été éliminés.

Elle encourage en conséquence les chercheurs à orienter leurs recherches exclusivement vers la guérison notamment de la myopathie, par des thérapies génique ou cellulaire, une chirurgie du gène, de médicaments, etc.

 La CNAFC réitère par ailleurs sa demande que les donateurs du Téléthon aient la possibilité de choisir les programmes de recherche qu’ils désirent soutenir.

Préoccupée chaque année par la destination des dons du Téléthon, compte tenu en particulier de la masse des moyens financiers consacrés à la recherche sur les embryons, la CNAFC poursuit inlassablement son action dans le domaine éthique à l’heure où ces questions occupent une place de choix dans les réflexions politiques.

 

 

Bioéthique : les actions clés de la CNAFC ces derniers mois

- Publication d'un vade-mecum Comprendre l'Assistance Médicale à la Procréation, qui met en lumière, à travers la question de l'Assistance Médicale à la Procréation (AMP) les véritables enjeux des lois de bioéthique et rappelle combien certaines pratiques médicales sont loin d'apporter une solution aux difficultés des familles confrontées à la stérilité et au handicap.

- Un espace internet régulièrement enrichi sur son site pour informer le grand public et communiquer.

 

 

 

 

Actualités des familles La Croix